La révision du chemin de fer par la SETRAG, Société d’Exploitation du Transgabonais laisse déjà entrevoir des irrégularité, tant sur le plan technique que sur le plan de l’employabilité des gabonais.

La SETRAG à lancé un projet de renouvellement de la voie ferrée: remplacé les traverse en bois part ceux en béton armé. Et pour ce faire, elle a créé une usine de production de ces fameux traverse en béton armé à Boué, dans l’Ogooué Ivindo.

Le rale-bol des usagers de la SETRAG

Depuis un certains temps déjà, et ça dure déjà, les usagers de SETRAG sont malmenés voir pillés par elle:

  1. voyage de très longue durée (au lieu de démarrer un vendredi à 18h pour arriver le samédi à 7h ou 9h, vous pouvez faire deux, voir trois jour en chemin),
  2. train inapproprié pour la billet payé (vous pouvez payer pour l’Express et quand-même voyager dans Equateur (Moutouki),
  3. manque de communication (si le train est retardé, vous avez de grande chance de le rater car vous aurez aucune notification téléphonique vous indiquant la nouvelle heure de départ, surtout lorsque vous habiter très loin de la gare),
  4. Aucun dédommagement ou presque, à moins que tous les passagers d’un commun accord réclament un remboursement, mais c’est rare !
  5. Des taxes qui s’ajoutent sans vraiment savoir pourquoi on les paie !
  6. La restauration interne établi pour bien ruiner les passagers déjà gonflés de colère !

A croire que tout est mis en place pour ruiner les gabonais, en les torturant par la même occasion !

La bonne nouvelle, quand-même c’est que, en, parlant de Moutouki, ce dernier n’est plus celui qu’on connaissait avant, avec sa  chaleur d’enfer, la puanteur insupportable, etc. SETRAG a mis les moyens pour que même en classe économique, les usagers puissent voyager dans des voitures climatisées. L’autre bonne nouvelle c’est que malgré, les problème de voie vieillissante, aucune catastrophes n’a été enregistrée jusqu’à nos jours sur les trains voyageurs.

Les travaux lancés par SETRAG seraient-ils truffés d’irrégularité ?

Cette opération de rénovation des traverses a pour but de restaurer certains tronçons de la voie ferrée, déjà très vieillissantes, affaissées, inclinées et susceptible de créer des dégâts matériels et corporels considérables.

Mais selon une source digne d’intérêt et expert dans son domaine, certains problèmes sur ce chantier doivent être signalés et pris en compte rapidement, aussi bien par la direction de SETRAG que par les hautes autorités du pays:

“Le premier est sur la qualité de ces traverses qui sont je peux dire de mauvaise qualité: il y a des fissures apparente dû au fait que la machine qui fabrique ces traverses a été modifiée et la durée de vibrations et du compactage a été réduis; cela provoque l’apparition de fissures. Et lors de la pause sur la voie, certaines s’éclatent”.

SETRAG: traverses en béton

Cette source déplore aussi l’indifférence du Directeur Général de SETRAG et s’inquiète sur le risque de cassure de ces traverses à court terme.

Ousmane Southia

Ousmane Southia

“Tout cela le DG de la SETRAG Patrick klass est informé vue que le responsable de l’usine un fameux camerounais nommé Ousmane Southia est le beaux frère du DG de la SETRAG. Patrick klass met la vie des gabonais dans les bras d’un parachuté alors que la SETRAG subit en ce moment des déraillement grave imaginons que ces déraillements de déroule sur un train voyage?”

Une nouvelle usine de fabrication de traverses en béton spécialement réservée à plus de 90% aux travailleurs camerounais.

Enfin, notre interlocuteur déplore vivement le faite que la politique de recrutement, en ce qui concerne les quotas, ne soit pas respecté, et ce, sans que personne ne s’en offusque.

“Le deuxième soucis est que le Gabon, pour ce projet a fait un prêt à la Banque Mondiale, la plus part des gabonais qui travaillaient à l’usine ont été licenciés et remplacé part des étrangers dont des camerounais majoritairement ! Le Gabon devient-t’il une mine d’or pour les étrangers? Les gabonais eux-mêmes sont chassés comme des malpropres au vu et au su du Directeur Général, impuissant face au dictât de son beau-frère camerounais ! “

Nous tenons juste à préciser que les propos rapportés dans cet article sont ceux d’un compatriote professionnel, écœuré par ce qu’il a vu sur place. D’ailleurs les photographies de ce poste ont été prises et envoyées par lui.

Le Gabon sous domination étrangère !

Vous allez certainement me taxer de xénophobe, mais je vous rassure déjà, ça n’a rien à voir ! Il faut être aveugle pour ne pas voir que tout est contrôlé par nos frères expatriés depuis longtemps, tous les secteurs d’activités sont dirigés par eux. Je ne dit pas que c’est une mauvaise chose, d’ailleurs, c’est ceux qui se passe un peu partout dans le monde.

Mais, reconnaissons au moins que ailleurs, des mécanismes sont mis en place pour les les choses fonctionnent normalement ! On ne peut pas confier le sort d’un peuple, du moins des tâches vitales à des personnes qui n’ont rien à foutre ! Tout comme on ne peut pas prôner l’employabilité des jeunes gabonais en mettant de côté des systèmes véritables de contrôle pour vérifier que les quotas sont bien respectés aux sein des entreprises et administrations au Gabon !

Mais comme vous savez déjà que “les gabonais sont comme des chiens qui aboient à distance sans réagir“, vous continuerez à laisser faire ce qui se fait là à SETRAG et même dans d’autres entreprises au Gabon, ou la sécurité et le bien être des gabonais ne vaut pas mieux que l’intérêt du plus petit nombre !

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2019 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?