A la découverte de Max Axel Bounda, écrivain et acteur de la société civile gabonaise.

Bantoozone est allée rencontrer pour vous Max Axel BOUNDA, écrivain poète et romancier gabonais auteur du roman « Opération Forêt des Abeilles », autoédité sur Amazon.

 Max Axel BoundaIssu d’une famille mais modeste et lettrée, mais confronté à diverses couches sociales dans sa société, Max Axel Bounda, se forge une conscience sociale et politique, au contact de son environnement et dans de grandes lectures théoriques comme la Négritude et les auteurs de la Négro renaissance, mais des classiques français et anglais.

Sensible et émotif, très tourné vers les livres et s’évadant dans un univers fantastique de plusieurs auteurs, il découvre les poètes avec délectation en réalisant que les mots s’ils servent à communiquer sont aussi et peut-être avant tout, des jouets: Des outils de construction et de dénonciations mais aussi d’histoires faites d’émotions…

Bonjour Max Axel Bounda, pourriez-vous vous présenter aux lecteurs qui ne vous connaissent pas encore?

M.A.B: Tout d’abord merci à Bantoozone d’avoir bien voulu me donner la parole. Il n’existe pas beaucoup de Magazines sur le continent qui s’intéressent au noble art. Et j’en suis très flatté. Je suis Max Axel BOUNDA, j’ai suivi une formation en relations publiques, stratégie internationales et intelligence économique, et auteur romancier, poète et nouvelliste. Mon premier recueil de poèmes a été publié aux Éditions Edilivre en 2013, et depuis j’ai auto-publié un deuxième recueil intitulé « Au-delà des mots » et maintenant mon premier roman. Mes thèmes de prédilections : L’Afrique, le réveil des consciences, le retour aux sources, la guerre, la misère, la justice et la jeunesse.

Vous êtes un jeune écrivain, vous écriviez déjà à l’école primaire d’après ce que nous avons récolté comme informations, comment la littérature vous est-elle tombée dessus, dans un environnement où cet art n’est pas très bien perçu en Afrique ?

M.A.B: Disons que j’écris depuis que j’ai pratiquement l’âge de 9 ans, c’est-à-dire depuis même l’école primaire. La littérature m’est tombé dessus sans que je ne m’en rende compte, je me suis surpris à écrire et à remplir des pages blanches sans trop comprendre pourquoi. J’ai grandi dans un environnement lettré et je dévorais déjà des livres à cette époque-là. Mais un jour, il s’est produit un déclic j’ai décidé d’être écrivain et de me battre pour l’être le jour de la mort d’un auteur que tout le monde connait, j’ai cité Léopold Sedar Senghor. Ce qui explique pourquoi comme beaucoup l’ont constaté je suis fortement attaché aux auteurs de la négro-renaissance et de la négritude.

Nous avons lu votre nouveau livre, c’est-à-dire votre premier roman qui sortira en juin 2018. Et comme beaucoup de vos lecteurs nous avons hâte de le voir en librairie en version papier, accepteriez-vous de nous en toucher quelques mots ?

M.A.B: Le thriller policier Opération Forêt des Abeilles qui sortira en Juin 2018, n’est pas le premier roman que j’ai rédigé, en principe, il y en a beaucoup d’autres avant celui-ci mais c’est le roman le plus abouti et que j’ai choisi de publier.

Max Axel BOUNDA: Opération Forêt des AbeillesOpération Foret des Abeilles, est un roman policier aux teintes de thriller dont l’intrigue tourne au tour qui du crash d’un hélicoptère militaire dans une forêt interdite du Gabon. Cet hélicoptère transportant une arme de destruction massive. En principe, l’arme que transporte l’hélicoptère ne doit pas être exposée à une température ambiante plus de 72 heures durant. Sinon elle explose en détruisant toute vie dans un rayon de 500 km. Des milliers de vies sont menacées.

Les agents qui s’écrasent dans la mystique forêt des abeilles, donnent signe de vie jusqu’à deux heures après le crash. Après cela, plus rien, silence total… Les soldats gabonais ne répondent plus. C’est le Black-out complet. Et il se pose alors un sérieux problème :

Un groupe d’intervention est envoyé en mission spéciale de sauvetage. Cinq agents des forces spéciales de l’armée sont dépêchés sur le terrain. Déposés dans un camp forestier à 20 km au sud du signalement de l’appareil accidenté, il faut atteindre l’objectif à pieds en pleine forêt vierge, afin de refroidir l’arme, récupérer les gars et rentrer sur Libreville. Mais cela ne se fera pas sans compter sur les esprits de la mystique forêt des abeilles. Car très vite, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls et leurs adversaires ne sont pas comme eux !

Pendant qu’en même temps un tueur professionnel, engagé pour éliminer le chef de l’opération, ne cesse de laisser des cadavres sur son passage, au point que l’on confie l’affaire à une jeune profileuse, l’inspectrice Axelle-Marthe Koumba, analyste comportementale de la police judiciaire.

72 heures c’est exactement le temps qu’ils ont tous pour résoudre toutes ces affaires. Mais réussiront-ils ?

En voilà un résumé qui donne envie de lire ce roman. Opération Forêt des Abeilles, sortira en juin 2018 et vous l’avez auto-publié sur Amazon. Pourquoi avez-vous choisi l’autoédition plutôt qu’un éditeur local ou international ?

M.A.B: En vérité, ce roman aurait du paraitre aux Éditions Maia, une maison d’édition française qui m’a proposé un contrat à compte d’éditeur. Mais en relisant correctement le contrat, je me suis rendu compte qu’il ne m’arrangeait pas. Alors, je me suis tourné vers l’autoédition et j’ai décidé de me consacrer à la promotion et à la distribution de mon œuvre, Ce ne sera pas facile mais avec un peu de chance ça ira. Ces derniers temps, il y a beaucoup de pseudo éditeurs en France mais aussi sur le continent qui promettent monts et merveilles aux jeunes auteurs et qui ne font même pas le 10e de ce qu’ils promettent. On regarde d’un mauvais œil les auteurs autoédité mais c’est toujours que de se retrouver à la limite de l’exploitation, et complètement à côté de ce que nous avons comme attentes.

Nous avons pu remarquer que les différentes chroniques et critiques de votre livre sont très positives, qu’est ce qui explique ce succès ?

Je ne considère pas cela comme un succès, ce sont des retours de lectures et certains aiment, comme d’autres peuvent ne pas aimer. Mais c’est très encourageant de lire de telles critiques et d’aussi beaux commentaires car ce livre a été difficile à écrire, il m’a pratiquement pris plus d’un an sans compter les recherches et les nuits blanches car ce n’était pas évident d’écrire un roman traitant de la forêt des abeilles encore du cercle très fermé de la police et de l’armée mais j’y suis arrivé et je n’attends que les avis des lecteurs.

Je tiens ici à remercier toutes les personnes qui m’ont permis d’améliorer ce roman est au fil des mois : mes betas lecteurs, mes correcteurs mais aussi les chroniqueurs, je pense particulièrement Nadine Doyelle qui a été une magnifique chroniqueuse et tous ceux qui me soutiennent dans cette belle aventure.

 Bantoozone vous remercie d’avoir accepté de répondre à ces quelques questions. Voudriez-vous ajouter quelque chose?

M.A.B: Je vous remercie encore pour l’honneur que vous me faites. Et je tenais à remercier tous ceux qui m’accompagnent et qui me soutiennent. Max Axel Bounda, n’est que l’arbre qui cache la forêt car derrière il y a tout un travail de relecture, de réécriture, de critiques etc.

Je reste disponible et ouvert à échanger avec mes lecteurs qui peuvent me retrouver sur ma page Facebook

Opération Forêt des Abeilles

Extrait et Achat disponible sur:

Contactez l’auteur sur: https://www.facebook.com/maxaxelboundaauteur/

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2018 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?