La Côte d’Ivoire au bord du gouffre avant le scrutin: Guillaume Soro met en garde

Guillaume Soro met en garde la Côte d’Ivoire “au bord du gouffre” avant le scrutin

L’ancien allié du Président Ouattara affirme que sa candidature est «immuable et irrévocable» malgré son rejet par la haute cour.

L’ancien chef rebelle Guillaume Soro a averti que la Côte d’Ivoire était au bord du gouffre après qu’un tribunal a invalidé sa candidature au milieu des tensions croissantes concernant la candidature contestée du président sortant Alassane Ouattara à la réélection le mois prochain.

La plus haute cour de Côte d’Ivoire a rejeté cette semaine 40 candidats à la présidentielle, ne laissant que quatre en lice lors des élections très attendues du 31 octobre . La Cour constitutionnelle a validé la candidature de Ouattara, mais a écarté Soro et l’ancien président Laurent Gbagbo au motif qu’ils avaient été condamnés à des peines de prison par contumace.

Jeudi, Soro a déclaré avec défi qu’il resterait candidat dans les urnes alors même qu’il s’en prenait à ce qu’il appelait un stratagème visant à consacrer Ouattara, 78 ans, à la présidence.

“Ma candidature est ferme, immuable et irrévocable”, a déclaré Soro aux journalistes à Paris.

Il a déclaré que son pays avait été “au bord du gouffre” par la décision de Ouattara de briguer un troisième mandat, qui, en cas de succès, équivaudrait à un “coup d’État”, selon lui.

Ouattara avait déclaré en mars qu’il ne briguerait pas un troisième mandat mais avait fait demi-tour lorsque son successeur préféré, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, est décédé d’une crise cardiaque en juillet.

L’argument derrière sa candidature repose sur une modification de la constitution en 2016. Les partisans affirment que la charte modifiée a remis à zéro les limites de deux mandats, permettant à Ouattara de se présenter à nouveau. L’opposition rejette cela.

Les tensions montent en Côte d’Ivoire

Des manifestations violentes contre la candidature de Ouattara ont fait une quinzaine de personnes le mois dernier et des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes cette semaine y compris à Bonoua malgré l’interdiction des rassemblements. Les tensions politiques croissantes dans le premier pays producteur de cacao du monde ont ravivé les souvenirs traumatisants d’une guerre civile de plusieurs mois qui a éclaté après les élections de 2010, faisant plus de 3 000 morts.

L’aide de Soro au cours de ce conflit de division a permis à Ouattara, qui avait “remporté” la victoire électorale sur l’ancien Laurent Gbagbo, d’accéder au pouvoir.

L’homme de 48 ans a été Premier ministre de 2007 à 2012, puis président du parlement pendant sept ans avant de se brouiller avec le président et de se diriger vers la France, l’ancienne puissance coloniale.

Guillaume Soro a déclaré que l’élection du 31 octobre “n’a aucun sens” car elle a été conçue pour “approuver le coup d’État institutionnel d’Alassane Ouattara”. Il a exhorté le public à s’unir contre Ouattara et aux dirigeants de l’opposition de faire pression sur le bloc régional de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO, pour obtenir des «élections transparentes».

Plus de manifestations attendues dans les prochains jours

Pendant ce temps, les partisans de Gbagbo ont appelé mercredi à des manifestations de masse pour “bloquer … la dictature de Ouattara”.

L’appel a été lancé par une coalition appelée Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), qui comprend le parti du Front populaire ivoirien fondé par Gbagbo et son épouse influente, Simone.

Cela est intervenu un jour après que le gouvernement a prolongé l’interdiction des manifestations, introduite en août, jusqu’au 30 septembre. Gbagbo a été libéré sous condition par la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye après avoir été innocenté en janvier 2019 de crimes contre l’humanité. Il vit à Bruxelles dans l’attente du résultat d’un appel contre la décision de la CPI.

Mardi 15 Septembre 2020, la Cour Africaine Des Droits de l’Homme et des Peuples, un tribunal panafricain des droits de l’homme, a appelé les autorités ivoiriennes à permettre à Guillaume Soro de contester le vote. Sa décision aura un effet négligeable, la Côte d’Ivoire ayant retiré en avril sa reconnaissance de la compétence du tribunal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *