Les établissements scolaires du Gabon, théâtre du phénomène d’insécurité depuis plusieurs années déjà.

Il ne se passe plus un trimestre, voir un mois au Gabon, généralement dans un établissement de Libreville la capitale gabonaise, sans qu’on ne dénonce des meurtres et des actes d’agression verbale, physique, à l’arme blanche, contre des enseignants, entre des élèves d’un même lycée ou pas, ou de braquage en périphérie d’établissements scolaire.

Les origines de ces actes barbares trouvent souvent leur origine à l’extérieur de l’établissement, soit au quartier, soit au bar ou chez le boutiquier qui se trouve juste à côté du lycée. Il peut s’agir d’une partie de poker qui a fait un mécontent, un problème sentimental, etc. Mais peu importe, cela se règle toujours à l’intérieur ou à côté du lycée. Lorsque ce n’est pas un élève qui tue un autre élève, c’est une jeune fille qui tue son fiancée ou copain pour de l’agent, sommes qui part généralement de 50 fcfa à 10.000 fcfa.

Les causes d’une dérive de l’enfant gabonais

Insécurité en milieu scolaire au Gabon

Elève de Tle agressé au lycée Diba Diba, Libreville

Aujourd’hui, nous avons des enfants comme qualifie dans les quartier, d’enfants Android, des enfants qui font se qui était encore impensable chez les enfants des générations précédentes. La question qu’on se pose tout le temps c’est: d’où leur vient cet esprit barbare, inconscient et dépourvu de valeur morale?

Les responsables immédiats de l’insécurité et la délinquance dans nos établissements scolaires sont bien évidemment la télévision et internet ! Avec les chaines publiques et câblées qui distilles chaque jours et à chaque heures des programmes abrutissants destinées au femmes (télénovelas), le cinéma et la musique, truffés d’incantation, d’envoûtements et d’images subliminales, on pourrait se demander où se trouve dorénavant le pouvoir des pouvoir publics et des parents? A cela s’ajoute la prise des stupéfiants tel que le cobolo.

La sécurité des enseignants et un changement radical dans notre gestion du système scolaire au Gabon

Je pense que cet allure il faudrait instaurer une “prime de risque” pour les enseignants affectés dans les établissement à risque, pourquoi pas dans tous les établissements du pays car c’est un phénomène qui se généralise.

On ne le dira jamais assez: plus d’établissements scolaires, moins d’effectifs pléthoriques, plus de régulation dans les programmes télé, une véritable restauration de l’autorité parentale, un retour immédiat vers nos valeurs traditionnelles, une meilleure prise en compte des conditions d’apprentissage des apprenants, des meilleurs conditions de travail des enseignants, sont là les seuls moyens pour guérir l’école gabonaise et mettre fin à l’insécurité dans nos établissements scolaires.

 
0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Nous ne sommes pas là pour l'instant, mais vous pouvez nous laisser un message, nous vous recontacterons dès que possible.

Sending

©2019 Bantoozone – Communauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?