La crise sanitaire dûe au coronavirus a clairement affiché les carences des systèmes éducatifs africains ces trois dernières mois. L’adoption de l’enseignement à distance fut adopté par l’ensemble des acteurs de l’éducation qui n’ont pas eu d’autres choix pour poursuivre les cours. A cet effet, la Covid-19 a dégourdi les consciences des décideurs sur la nécessité d’intégrer la formation dématérialisée aux programmes d’apprentissages comme cela se fait sous d’autres cieux. Éducation Post Covid-19: enseignement à distance en Afrique subsaharienne

“Aux grands maux, les grands remèdes“, nous rappelle cette maxime populaire pour d’écrire l’exigence avec laquelle les gouvernants africains ont du conjuguer pour réduire les effets dévastateurs du confinement sur l’école. Il faudra utiliser les nouvelles technologies pour améliorer l’enseignement. En quelques décennies les moyens de communication scolaire ont été revisités au grand bonheur des formateurs et apprenants.

À cet effet, l’Afrique subsaharienne se doit de rattraper son retard sur ses voisins immédiats puis pourquoi pas égratigner les puissances occidentales. En effet, l’éducation des masses par radio-télévision, puis les salles informatiques, puis les tablettes éducatives, et maintenant les MOOC et autres e-learning doivent plus que jamais trouver leurs places dans la politique éducative actuelle.

Adaptation technologique rime avec changement

Si certains craignent le changement, par ce qu’il pourrait démettre l’existant, nul n’ignore que c’est un processus qui s’impose à tous sans exclusion. La peur du changement doit faire place au toilettage de cette forme d’enseignement archaïque afin d’être de taille pour affronter les défis actuels de ce milieu.

La mission de chaque formateur ne se limitera plus à simplement transmettre les savoirs avec les moyens rudimentaires dont ils font l’amer expérience depuis des années. C’est pour cette raison qu’il faut aujourd’hui, encore plus grâce aux leçons tirées par la Covid-19, penser autrement le métier d’enseignant. Afin que, la politique educationnelle qui en découlera ne laisse personne sur le bord de la route.

C’est à ce défi que doit répondre notre modèle éducatif. A ce titre, l’un des meilleurs penseurs en matière d”éducation progressive”,  a écrit sur le sujet: « si nous enseignons aujourd’hui comme nous le faisions hier, nous volons le futur de nos enfants ». Loin d’être une insulte aux techniques passées, c’est plus un appel à la créativité afin que le duo enseignant-apprenant fasse avec son temps.

L’Afrique en bonne voie pour réussir le pari de la révolution d’outils d’enseignement à distance

Grâce à sa jeune population, dont le ¾ est détenteur d’une connexion SIM, qui équivaut à près de 250 millions de personnes connectées via un smartphone. Cette statistique certes énorme, conforte l’idée selon laquelle ce pari fou peu être envisagée sans embarras. C’est pour cela que l’enseignement en ligne (e-learning) est plus pertinent ici que n’importe où ailleurs.

Cet type d’enseignement consiste à utiliser les T.I.C. comme nouveaux outils de formation, d’apprentissage, ou de mesure de la performance. Il convient de marteler qu’il permettra de relayer des contenus pédagogiques à distance, tout en incluant ce qui se faisait ajouter à cela une pluralité de graphisme et d’interaction avec les enseignements d’une part et de l’autre avec le savoir.

Aussi, grâce à cela les  enseignants bénéficieront de plus de données sur les habitudes des élèves, afin des les analyser puis les perfectionner pour qu’ils soient plus malléables dans la pratique.

L’efficacité de l’enseignement à distance n’est plus a démontré

En dehors de son utilisation basique, l’enseignement à distance est un outil dont l’efficacité a été prouvée pour faciliter le travail des enseignants sans nécessité d’une formation particulière.

Pour nous aider a mieux comprendre, prenons l’exemple de la ludification (gamification). Il s’agit d’une technique d’enseignement qui prend en compte le comportement de chaque apprenant, à travers une série de fonctionnalités qui les aident à se concentrer sur le cours et à rester motivé sur le long terme. En d’autre termes, il permet d’adapter les mécanismes de ludification à chaque apprenant, pour rendre l’apprentissage plus efficace et inclusif.

De plus, le e-learning par le biais de ses différents canaux, fait correctement permet de se former complètement à distance. Autrement dit, la réduction de la distance ne constitue plus un problème à celui qui veut une formation de qualité.

Il étend l’existant

Le quotas de personnes enseignés augmentera nettement via les T.I.C, tout en voyant drastiquement une réduction de la masse de travail journalière. A l’aide d’un smartphone aujourd’hui, depuis chez soi il est possible de dispenser un cours à plusieurs endroits à la fois.

C’est pour ces quelques raisons, que les enseignants septiques ne doivent pas y voir une menace, c’est-à-dire, les substituer  mais plutôt un allié pour un but commun qu’est la formation de plus grand nombre.

Analogiquement dans un autre domaine on a bien vu que les cartes bancaires n’ont pas remplacé les banquiers. C’est pour dire que le e-learning ne remplacera jamais les enseignants. Au contraire, il améliore leurs conditions de travail, en automatisant les tâches les plus répétitives, afin de les laisser se consacrer uniquement à leur véritable métier: la pédagogie.

Grâce à l’application Xgest, au Gabon, le gouvernement a eu la brillante idée de concevoir un moyen pour les enseignants d’entrée rapidement et effectivement les notes après chaque évaluation. Outre, les fonctionnalités dévolues aux corps enseignants et administratifs, il est possible aujourd’hui aux parents d’élève grâce au code d’identification de leur enfant de suivre l’évolution de leur travail à l’instant T.

La promotion de l’apprentissage numérique ne signifie pas qu’il faille se débarrasser du bon “vieux papier”. Au contraire, ils vont ensemble! Car, le mobile devient le lieu du partage et d’échanges, avec l’enseignant ou entre étudiants. Il peut être interactif ou itératif, en tout cas, il peut être adapté aux besoins de chacun. Tandis que, le papier, lui, est le lieu par excellence de l’exercice. C’est un outil personnel, introspectif, qui permet aux étudiants ou eux élèves de s’entraîner et de questionner leurs connaissances.

A cet effet, pour que cela soit une réussite, il faut à  tout prix promouvoir le e-learning en préservant les meilleurs façades de l’enseignement dite traditionnel. L’élargissement de ses perspectives, en effet, sa vision sont in fine  le but recherché. La démocratisation de cette forme d’apprentissage vient briser ce mur d’inégalité qui a longtemps fait le bonheur de quelques uns au détriment du plus grand grâce à la fracture numérique encore très présente sur le continent.

En définitive, adopter le e-learning apparaît comme une évolution naturelle de notre ère si marquée par le développement des techniques d’information et de communication.

Ce moyen d’échange est la seule solution suffisamment rapide, efficace et massive pour répondre efficacement aux défis de notre époque. L’éducation demeure une problématique universelle, dont dépends tout notre développement. Mettre à la disposition les moyens pour accéder partout à une éducation de qualité, est le défi des gouvernants afin que cette jeunesse de plus en plus curieuse et déterminer à transformer son environnement immédiat à le devoir de traduire cette volonté en acte concret, Cela vaut pour l’éducation mais aussi pour tous les secteurs sociaux-économiques.

 
0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Nous ne sommes pas là pour l'instant, mais vous pouvez nous laisser un message, nous vous recontacterons dès que possible.

Sending

©2020 Bantoozone – Communauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?