Quels sont les difficultés et problèmes rencontrés dans l’enseignement de l’éducation artistique et culturelle au Gabon? Pourquoi ce secteur de l’éducation est aussi attaqué de toute part?

Education Artistique et culturelle au Gabon

Au Gabon, nulle besoin de rappeler encore ici la situation qui prévaut dans l’appareil éducatif national. On a vite fait de jeter la faute sur des organismes ou des groupes d’individus socialement et professionnellement constitués lorsque que la catastrophe revient encore et encore chaque année, mais on ignore où le bas blesse véritablement.

L’échec scolaire au Gabon n’est pas tant dû fait des gouvernants, des enseignants ni même du fait des élèves eux-mêmes, mais c’est surtout du fait des individus, pris individuellement.

Il existe dans notre appareil scolaire des lobbies qui s’attellent chaque année, au sein même du Ministère de l’Education nationale, au sein même des établissements, pour que les choses demeurent en l’état, en court-court-circuitant et en bloquant net le travail de ce qu’ils veulent véritablement que les choses bougent enfin. C’est bien de mettre “l’homme qu’il faut à la place qu’il faut” encore faut-il trouver “les collaborateurs qu’il faut, à la place qu’il faut“. Pourquoi continu-t-on à nommer des personnes “incultes” et incompétentes à la tête des départements ministériels.

Des problèmes dans l’enseignement général: l’éducation artistique et culturelle attaquée de partout!

On bassine les apprenants chaque année que les matières scientifiques et quelques matières littéraires comme le français ou l’économie sont les matières les plus importante et qu’avec les autres et notamment les matières artistiques et culturelles, il n’y a point d’avenir!

Certains enseignants et généralement ceux d’histoire et de géographie n’hésitent même pas à dire aux apprenants de négliger les matières artistiques et de se focaliser sur l’Education Civique, dans le but égoïste d’amasser plus de copies pendant les examens. Certains de la même discipline vont plus loin en disant à certains candidats malheureux aux examens: si tu as raté l’examen c’est à cause du dessin, c’est à cause du théâtre, c’est à cause de la musique, c’est à cause de l’économie familiale, en somme, c’est à cause de ton mauvais choix en ce qui concerne la matière facultative!

A cela s’agit le problème des coefficients des disciplines artistiques qui n’ont cessé d’être modifier d’année en année.

Si les matières scientifiques sont si importante et plus importantes que d’autres, pourquoi trouve-t-on encore autant d’étudiant des Lettres à l’UOB? Pourquoi trouve-t-on encore autant d’enseignants expatriés en physique, SVT, et surtout, mathématique? Pourquoi la grande majorité de jeunes gabonais sont aussi nuls en français?

Le cas de la série A3 dans les lycées du Gabon

La A3, une série qui avait commencé dès ces débuts à engendrer de grands designers, de grands dessinateurs industriels! Rentrée en vigueur dans le système éducatif gabonais sous le ministère du Ministre de l’Education Nationale de l’époque, Monsieur François Engongah Ovono en 2005, sous l’impulsion de Monsieur Michel Mandoukou Moussavou, inspecteur du second degré général et chef de département éducation artistique et culturelle à l’Inspection générale des services (IGS).

Dans sa phase expérimentale, elle avait été lancée dans l’unique centre de Tchibanga pour la première fois pour accueillir le bac A3 uniquement dans la section Arts Plastiques en 2005 et se poursuivit en 2006 en 2007, avant de s’éteindre en 2008. Les autres sections étaient en ce moment là en projet et auraient pu s’ouvrir plus tard au collège Bessieux et immaculée pour ce qui concerne les arts dramatiques et le lycée Mba pour l’économie familiale et sociale.

Contrairement à ce qu’on peut penser, la serie A3 ne supportait pas que les disciplines dites artistiques et culturelles ((histoire de l’art, esthétique, dessin d’art, etc.), il y avait aussi, les mathématiques, le français, l’histoire et la géographique, en somme, toutes les autres matières enseignées en Tle littéraire.

Malgré son succès inimaginable (durant les trois années d’existence, le taux de réussite au bac oscillait entre 96% et 100%), cette série n’a malheureusement pas trouver l’assentiment de tout le monde dans l’appareil décisionnel dudit Ministère. Elle est aujourd’hui noyée dans l’univers de l’oubli.

Pourquoi n’a-t-elle pas fait long chemin cette série?

Malheureusement, dans notre pays le Gabon, ce qui est bien ne fait pas long feu! La série A3 ainsi que son instigateur ont été combattu bec et ongle par les perfides trompeurs, ces sorciers de la République, ces traites et ces ennemis du progrès qui ne voient guère plus loin que le bout de leur nez!

Ils ont pensé à l’époque que l’instauration de la série A3 dans le système scolaire au Gabon c’était comme mettre la charrue avant les bœufs. Mais, maintenant que nous sommes en 2018, imaginons-nous l’avantage que cela aurait pu engendrer en matière d’employabilité?

Des phénomènes étranges et regrettable dans l’enseignement technique

Le secteur où l’enseignement de l’éducation artistique, précisément les arts visuels aurait un impact considérable est très certainement celui de l’enseignement technique. En effet, contrairement à l’enseignement général où on se focalise plus sur le dessin artistique (avec un fort penchant pour l’esthétique, bien entendu), l’enseignement technique et technologique est plus dans le dessin technique et industriel.

Avant d’aller très vite en besogne, c’est quoi un dessinateur industriel?

Education Artistique et culturelleAu départ d’un plan d’ensemble ou de schémas, le dessinateur industriel est un technicien capable de réaliser des dessins de détail et des plans de sous-ensembles mécaniques et métalliques en suivant les directives d’un responsable de projets dans le strict respect des normes, du cahier des charges et de leur réalisation à l’atelier.

Il sera capable d’utiliser des instruments de mesure, des équipements informatiques tels que micro-ordinateur, logiciel de DAO, imprimante, table traçante, … Il sera aussi une personne de communication capable d’échanger des informations à caractère
technique.

Les tâches qu’accomplit le dessinateur industriel:

  • Utiliser des connaissances opérationnelles dans le domaine de la résistance des matériaux, de
    la mécanique appliquée, de la mécanique générale, du dessin technique et des techniques
    d’assemblage ;
  • maîtriser les techniques du dessin industriel et appliquer les normes du dessin industriel dans
    la réalisation des plans ;
  • reconnaître les principaux matériaux, préciser leurs caractéristiques et leurs propriétés
    d’usinage ;
  • maîtriser l’utilisation des outils logiciels de DAO et utiliser des structures informatiques pour
    échanger des données techniques ou autres ;
  • utiliser des logiciels de calculs spécifiques à la résistance des matériaux ;
  • reconnaître et utiliser des outils de mesure ;
  • effectuer des relevés sur sites permettant l’élaboration de plans à caractère technique ;
  • appliquer des bases mathématiques dans la résolution de problèmes techniques ;
  • recourir aux techniques de communication pour formuler et rédiger une note écrite.

Le dessinateur industriel pourra exercer son activité notamment dans :

  • les bureaux de dessin, d’études, des constructeurs, des administrations ;
  • les bureaux de méthode de fabrication.

La réalité au Gabon est que: bien que l’épreuve d’arts plastiques soit proposée au baccalauréat, cette discipline artistique et technique n’est quasiment pas enseignée dans les lycées professionnels. Alors, pourquoi elle vient à l’examen? Pour répondre à cette question, il faudrait chercher du côté des lobbies.

Comment peut-on vouloir former des jeunes gabonais et ne part tenir compte du besoin réel du pays en ressources humaines qualifiées pour des métiers existant mais qui manquent de techniciens? Nous prônons le “made in Gabon” mais nous refusons de reconnaître que le made in Gabon passe inévitablement par les métiers qui pour socle les disciplines artistiques et culturelles!

Le département Education Artistique et culturelle, une grande voie dans  l’amélioration de l’image et les comportements de l’éducation au Gabon

Et si l’Education Artistique et Culturelle était le seul secteur capable de rehausser l’image de l’éducation au Gabon? Il faut bien se poser cette question. Savez-vous que les établissements qui se sont véritablement intéressés et ont véritablement donner de l’importance à toutes les disciplines scolaires, sans aucune marginalisation, ont eu de meilleurs résultats lors de examens nationaux, et il s’agit généralement d’élèves qui ont choisis les disciplines artistiques et culturelles comme matières facultatives. Ces matières ont favorisé un meilleur développement intellectuel tout au long de l’année.

En effet, Il y a plusieurs façons de conceptualiser une expérience vécue : l’intelligence dépasse la dimension mathématique. Le contact avec l’art ouvre à des connaissances transversales, appelant aux capacités auditives, gestuelles, de mémoire et visuelles : il favorise l’accès au symbole. Ce qui permet une meilleure appropriation et une meilleure appréhension des savoirs, savoir-faire et savoir être, non seulement en cours d’éducation artistique et culturelle mais aussi dans les autres disciplines scolaires et au quotidien.

A cela s’ajoute donc:

  • Le développement culturel, car nous ne vivons pas isolément : chacun de nous fait partie de groupes (familles, ethnies, cercles d’amis). L’œuvre d’art aborde souvent des notions de valeurs, de croyances, de règles de comportement qui régissent nos relations aux autres.
  • Le développement affectif puis que sentiments et émotions sont des moyens d’expressions. L’accès à certaines œuvres d’art permet d’accorder un statut et un rôle positif aux sentiments.

L’importance de l’éducation artistique et culturelle dans le développement de l’enfant, c’est de donner des clés d’accès aux savoirs et c’est aussi un facteur de réussite scolaire, car cette dimension favorise la réflexion et l’imagination, sources d’équilibre et de plus grande confiance en soi. L’art est donateur de changement, d’évolution. (Source: www.crdp-strasbourg.fr)

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2018 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?