Marquée par la Covid-19, l’Afrique demeure moins affectée que le reste du monde. Néanmoins, des maîtres d’art, appelés communément “artistes” ont fait don de leur génie pour modestement apporter leur contribution. Véritable instrument de sensibilisation, ils n’ont jamais cessé de témoigner leurs soutiens multiformes aux victimes d’une part mais également aux stratégies gouvernementales déployées.

Partout sur le continent, des événements de tout genre : composition musicales, œuvres charitables, etc… ont vu le jour dans l’optique de borner les fruits de cette crise sanitaire. La prompte mobilisation artistique africaine, loin d’être anecdotique, à toujours fait école sur la planète à travers leur altruisme dont ils continuent de faire montre.

La musique en roue libre pour sensibiliser

En chanson et en vidéo, ils donnent des conseils à leurs compatriotes pour enrayer la propagation du virus. Ce fut le cas au Libéria, le Président, Georges Weah, a prêté  sa voix l’espace d’un instant pour sensibiliser la population, le 25 mars dernier.

Même son de cloche en Ouganda, le chanteur Bobi Wine, également député s’est plié au même exercice pour tirer la sonnette d’alarme. Au pays de la Terenga, le collectif “Y’en à marre “,  grâce à son titre culte “Fagaru ci corona ” (prévenir le corona en wolof ),  n’a pas fait les choses à moitié, cette belle mélodie empreint de message évocateur a été appuyée d’un clip visuel, mettant en scène des personnages vêtues de pieds à la tête pour se protéger du Covid-19.

En RD Congo, Fally Ipupa, dans “Stop bisous”, composé pour la circonstance a également apporter sa pierre à l’édifice, en invitant en chanson les kinois à adopter les bons gestes.

Le Maroc, l’Algérie et autres des pointures musicales ont également participé à ce qui restera certainement l’un des plus beaux moments en ces temps si avares.

De mémoire, aucune cause durant ces dix dernières années n’aura autant fait transparaître le sentiment d’être originaire du même continent.

Les grapheurs ont refait les murs des grands espaces publics

Le grapheur et rappeur gabonais, Régis Divassa, a fait la pleine démonstration de son talent en illustrant les messages de sensibilisation via des images murales au centre-ville.

Les artistes pendant le covid-19

Copyright: www.minusca.unmissions.org

L’objectif de cette campagne, est d’étendre les recommandations édictées par l’OMS, car Il faut le reconnaître une frange partie de la population n’a pas accès au contenu numérique ou audio visuel.

Le seul hic, c’est que ces derniers ne disposent pas de supports consubstantiels sur lesquels ils peuvent jouer leur partition.

L’art scénique s’est également  mobiliser

La radio communautaire rwandaise Inchingiro, à proposer des contenus pour attirer l’attention du plus grand nombre de personnes par le biais de pièces théâtrales.  En effet,  ces jeux de rôles ont été magistralement interprété par des écoliers. Cette initiative fort louable, a permis d’atteindre des cibles que les programmes classiques ne peuvent atteindre en zone rurale par exemple.

Les humoristes s’engagent via des “mini sketches “

Le 14 mais de l’année en cours, le pays le plus peuplé d’Afrique, le Nigeria, conscient des affres que peuvent engendrer cette pandémie si jamais elle s’abattaient sur son territoire, quelques humoristes ont pris le taureau par les cornes en réalisant des sketchs pour sensibiliser la population sur le Covid-19, les gestes barrières et les risques de propagation du virus. A cet effet,  Maryam Apoakagi, la jeune réalisatrice, inspirée de sa vie personnelle notamment à cause de sa mère qui avait du mal à croire à cette maladie à décidé de produire des contenus pour toutes les personnes incrédules et obstinés. L’initiative de la jeune dame, à fait naître dans la tête des autorités de la Santé l’idée de poursuivre sur l’élan de cette dernière en commandant plus des projets de ce genre afin de toucher un large public pour accroître son message.

Les photographes n’ont pas manquer d’immortaliser ces moments

Les photographes amateurs ou professionnels ont été pendant un bon moment les yeux du monde à travers lequel la population mondiale confiné a dû s’abonner. Les clichés des personnalités politiques au chevet des malades proches de l’Arctique de la mort ont fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. Les visages couverts de bavette, et armé de gel hydroalcoolique ont été contre-gré à la mode ces trois derniers mois.

Dans les files d’attentes en banques, en pharmacie ou dans des magasins les photographes ont ravalé la peur pour aller au contact de cet ennemi imaginaire afin de faire prendre conscience la collectivité sur la nécessité de respecter les décisions préventives.

En sommes, la communauté artistique au même titre que celle scientifique, médicale ont joué un rôle majeur. Si les premiers avaient pour rôle de penser aux stratégies préventives, les artistes ont eu la tâche la plus ardue, celle d’aller au contact des populations afin de porter le message sortie des laboratoires et des bureaux décisionnels sur le terrains notamment dans la rue au près des nécessiteux.

 
0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Nous ne sommes pas là pour l'instant, mais vous pouvez nous laisser un message, nous vous recontacterons dès que possible.

Sending

©2020 Bantoozone – Communauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?