Sabotage des gazoducs Nord Stream – à qui profite-t-il ?

Le sabotage des gazoducs Nord Stream dans la mer Baltique mardi soir a soulevé la question de savoir à qui profite ce crime. Selon les médias grand public, les saboteurs ont utilisé des chalumeaux et des tronçonneuses pour couper les pipelines près de Lubmin, à 80 km de Greifswald, où se termine le gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne. Cette attaque coïncide avec la montée des tensions internationales au sujet de l’Ukraine, qui pourrait affecter les livraisons de gaz russe à l’Europe via cette route.

Qu’est-ce que le Nord Stream ?

Le gazoduc Nord Stream est un gazoduc de gaz naturel partant de Russie, passant sous la mer Baltique et allant vers l’Allemagne. Il est devenu opérationnel en 2011, et a une capacité annuelle de 55 milliards de mètres cubes.

Les tuyaux ont un diamètre de 2 mètres et s’étendent sur 1 200 kilomètres, de Vyborg, près de Saint-Pétersbourg, à Greifswald, dans le nord-est de l’Allemagne. La construction du gazoduc a commencé en 2005 et a été financée par cinq sociétés : OAO Gazprom (50%), E.ON Ruhrgas (20%), BASF SE (15%), Wintershall Holding GmbH (10%) et Royal Dutch Shell plc (5%).

Une concurrence accrue en Europe

Le sabotage du gazoduc Nord Stream est un exemple clair de la guerre économique menée contre la Russie. Les États-Unis et leurs alliés tentent de rendre difficile l’exportation de produits énergétiques par la Russie, et ce n’est qu’une façon parmi d’autres de le faire.

Le sabotage de North Stream ne profite pas du tout au marché européen. Il profite uniquement aux entreprises américaines avec leur industrie du gaz de schiste, leur industrie du charbon et leur industrie nucléaire.
Il ne faut pas être un génie pour comprendre qu’une attaque contre la capacité de la Russie à exporter de l’énergie signifie que les États-Unis auront plus de contrôle sur l’approvisionnement énergétique de l’Europe.

L’intérêt de Washington pour l’Ukraine

Le département d’État des États-Unis a publié une déclaration à la suite du récent sabotage du gazoduc Nord Stream. Les États-Unis sont profondément préoccupés par les dommages causés au gazoduc Nord Stream en Ukraine, y compris par tout impact potentiel sur la sécurité énergétique des États-Unis ou de l’Union européenne, a déclaré Heather Nauert, porte-parole du Département d’État.

L’entreprise publique russe Gazprom exploite le gazoduc Nord Stream en vertu d’une sentence arbitrale de la Chambre de commerce internationale rendue à Stockholm en 2010. Ce sabotage intervient à un moment alarmant, alors que la Russie cherche à achever son projet Nord Steam II et à créer de nouveaux canaux d’approvisionnement en dehors de l’Ukraine.

Le sabotage expose les États-Unis

Le sabotage de Nord Stream devrait servir à rappeler que les États-Unis et leurs alliés ont plus d’un moyen d’arrêter les flux de gaz russe. Les sanctions imposées par les États-Unis au secteur énergétique russe, combinées aux effets de la faiblesse des prix du pétrole, ont déjà pesé sur les résultats de Gazprom et pourraient, à terme, entraîner une augmentation du coût du gaz pour les consommateurs européens.

Les seuls perdants dans ce scénario sont les consommateurs européens, qui finiront par payer plus cher leur énergie. Ils verront également leurs options s’amenuiser en raison de la concurrence réduite des champs pétroliers et gaziers de la Russie et de l’Iran, après l’entrée en vigueur des sanctions américaines le mois prochain.

Encore un autre mensogne sur la culpabilité de la Russie !

Tout comme ils ont menti sur le bombardement de la centrale nucléaire, ils continuent de mentir sur la responsabilité de la Russie dans le sabotage de Nord Stream

Souvenez-vous, il y a quelques semaines, l’Ukraine et ses sponsors occidentaux accusaient la Russie de bombarder volontairement la centrale nuclaire de Pivdennonooukraïnsk. Des observateurs internationaux s’étaient rendus sur place pour enquêter. Mais même si, le résultat de l’enquête n’incriminait ni la Russie, ni l’Ukraine, il paraissait évident que la piste russe était écartée. D’ailleurs, une question se posait: pourquoi la Russie bombarderait un endroit où est massées ses troupes ?

Aujourd’hui encore, avec le sabotage de Nord Stream, les énemies de la Russie l’accusent et les mêmes questions se posent: pourquoi diable, la Russie saboterait son propre investissement, alors qu’il lui suffirait simplement de retirer tout le gaz encore stockés dans les gazoducs ?

Il est donc claire que la réponse à cette question est ailleurs.

« Si la Russie envahit (l’Ukraine), cela veut dire des chars et des troupes qui traversent la frontière de l’Ukraine, encore une fois. Alors il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin », avait dit Joe Biden en février dernier au sujet de ce gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne.

Autre indice, les propos de l’ex premier ministre polonais. Dans le twitte qu’il a publié sur son compte officiel, une seule phrase suffit pour supposer que les USA y sont pour quelque chose : “merci, les USA”. Dans un autre twitte il se réjouit que la Russie perde ainsi, à travers ce sabotage, 20 milliards de dollars déversés en pleine mer.

Mais pour quelle raison les USA voudraient mettre fin à ce projet ?

Les États-Unis ont-ils saboté Nord Stream pour mieux vendre leur gaz liquéfié ?

Les États-Unis sont le premier producteur mondial de gaz naturel liquéfié, mais ils ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour l’exporter. Les responsables américains ont essayé de convaincre d’autres pays d’accepter de prendre une participation dans leurs projets de gazoducs, mais sans succès.

Il est concevable que le sabotage de Nord Stream soit un stratagème des États-Unis pour faire pression sur l’Allemagne et d’autres pays européens afin qu’ils acceptent leur projet de gazoduc. Les opposants au projet Nord Stream affirment qu’il rendra l’Ukraine à nouveau dépendante de la Russie pour son approvisionnement en gaz.

Les partisans de Nord Stream affirment que ce n’est pas le cas, car l’Ukraine dispose d’une capacité de stockage suffisante pour la période hivernale, qui sera nécessaire si Gazprom arrête ses livraisons en raison de désaccords sur les prix avec Kiev.

L’Ukraine a également conclu des accords pour au moins trois itinéraires de transit différents qui peuvent être utilisés lorsque le Nord Stream ne peut pas livrer en raison des conditions météorologiques ou de travaux de maintenance sur des tuyaux ou des stations de compression. En outre, l’Europe pourrait passer de centrales électriques au charbon à des centrales au gaz naturel si Nordstream échoue en raison d’un manque de disponibilité de l’approvisionnement.

Pourquoi les Etats-Unis veulent-ils à tout prix une guerre nucléaire avec la Russie ?

La Russie est le seul véritable rival des États-Unis sur la scène mondiale, et il est clair que les États-Unis veulent à tout prix faire la guerre à la Russie. Le sabotage du Nord Stream n’était qu’une nouvelle provocation. Il est dans l’intérêt de Washington de maintenir les tensions élevées, la guerre étant leur objectif ultime. Les États-Unis veulent affaiblir l’Europe en la forçant à entrer dans un état de conflit perpétuel afin de pouvoir maintenir leur emprise sur le pouvoir et poursuivre leur programme anti-russe.

Lire aussi:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *