Pourquoi de plus en plus de personnes dans le monde admirent Vladimir Poutine ?

Il faut savoir que la réélection de Vladimir Poutine avec 70 % des voix n’est pas une blague – il est très apprécié en Russie. Pourquoi ? Parce qu’il a littéralement « rendu la Russie grande à nouveau », comment Trump l’a presque accompli lors de son mandat.

Sérieusement, pour les Russes, Vladimir Poutine est à la fois FDR (Franklin Delano Roosevelt) et JFK (John Fitzgerald Kennedy). Et ils n’ont pas tort.

Les années 1990 ont vu l’effondrement de l’URSS et un mouvement de « doctrine de choc » sauvage du communisme au capitalisme, dans lequel la richesse de la Russie a été volée par des banquiers et des « conseillers » américains et occidentaux et donnée à eux-mêmes et à quelques riches Russes. Ces Russes sont appelés « oligarques » et chaque Russe sait comment ils sont devenus si riches – c’est en jouant le jeu de l’Occident et de la pègre en même temps.

Eltsine était universellement considéré comme un ivrogne corrompu qui vendait son pays à l’Occident. Lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, il a été considéré comme le nouveau balai qui nettoie.

Il a pris le contrôle du pays, l’a sorti de la famine et du chaos total causés par les Américains, a empêché la Russie de devenir un État « vassal » des États-Unis et a rétabli ce que les Russes considéraient comme l’indépendance et la souveraineté dans un monde où les États-Unis faisaient peu de cas de tous leurs alliés.

Le bilan économique

Il a essentiellement fait un miracle en ramenant un pays mort. Maintenant, les gens veulent plus, mais les chiffres parlent plus que la propagande.

Y a-t-il quelqu’un dans les grands pays qui a réalisé la même croissance dans un laps de temps similaire ? Ou devrais-je plutôt demander : voudriez-vous que le PIB de votre pays soit multiplié par 10 en 15 ans ? Aimeriez-vous que votre pays rembourse des dettes écrasantes au lieu de les transmettre à vos enfants ? Aimeriez-vous que votre revenu personnel soit multiplié par 10, après correction des devises et de l’inflation ?

Et avant que quelqu’un ne commence à crier à la hausse des prix du pétrole, permettez-moi d’en parler. Cela a certainement aidé, mais d’une manière ou d’une autre, aucun autre grand exportateur de pétrole n’a connu une augmentation aussi importante.

Pourquoi ? Pensez-vous que la Norvège ou les Saoudiens, qui dépendent en fait beaucoup plus du pétrole dans leurs revenus, ont un pétrole différent ? Oui, les choses seront un peu corrigées pendant les sanctions et la crise économique actuelles, mais, en fin de compte, tout le monde est bien meilleur à tous les égards que dans les années 90, avant le maître actuel du Kremlin. Et c’est cela le secret de la cote de popularité de 80 % de Poutine, contrairement à ce que les médias Occidentaux peuvent faire croire aux masses.

Les russes qui sont en Russie soutiennent Vladimir Poutine et les Russes hors de Russie le déteste pour des raisons personnelles et égoïstes. Les non-russe détestent Poutine à cause de l’ignorance et la propagande occidentale.

Parce qu’ils aiment la Russie, qu’ils veulent la voir se remettre sur pied et qu’ils peuvent constater l’efficacité de la campagne de Vladimir Poutine pour atteindre exactement ces objectifs. En fait, les seules personnes qui ne soutiennent pas Poutine – directement ou tacitement – ont des intérêts particuliers à cœur ou ne comptent pas dans l’ordre des choses.

Dans la première catégorie – puisque près de 90 % des Russes en Russie soutiennent leur Président – vous avez des gens comme beaucoup de ceux que l’on appelle les « dissidents » russes, et leur progéniture, dispersés aux États-Unis et en Europe, qui ont utilisé tous les moyens pour quitter la Russie avec ce qui ne pouvait pas être attaché.

Il sera intéressant de voir comment ces personnes voient leur nouvelle vie occidentale dans quelques années, lorsque les bols de lentilles qu’on leur a offerts seront épuisés.

La nostalgie de l’époque de l’URSS

Ces personnes ne critiquent pas Poutine par souci de la Russie, ni par souci de l’amélioration des relations mondiales, ni sur la base d’une quelconque donnée ou preuve objective. Ils critiquent et diabolisent l’actuel Président Russe par souci d’eux-mêmes et par nostalgie de l’époque où leurs familles vivaient bien alors que la plupart des autres Russes ne vivaient pas bien.

Ils sont en colère, par extension, pour leurs pères et grands-pères dont les mains ont été arrachées trop tôt des boîtes à biscuits de l’époque soviétique.

La haine infondée des Occidentaux pour Vladimir Poutine et ce qu’il incarne

Ensuite, vous avez la deuxième catégorie – qui englobe la majeure partie de l’Europe, les États-Unis et les pays asservis à la sphère d’influence européenne et américaine. Qui se soucie de ce que ces gens pensent, vraiment ?

La plupart des Américains sont incapables de désigner leur propre État sur une carte, et notre système éducatif extrêmement pauvre et fortement biaisé – à tous les niveaux – nous disqualifie pour offrir des opinions informées sur beaucoup de choses, sans parler des dirigeants d’un autre pays.

De plus, nos esprits étant basés sur Twitter et Facebook, nous passons d’une pensée à l’autre, sans jamais réfléchir à quoi que ce soit – y compris à nos réponses aux sondages.

Quant aux Européens, bien qu’ils soient généralement plus instruits que les Américains, beaucoup souffrent du syndrome de stress post-traumatique lié au fait qu’ils ne sont plus importants sur la scène mondiale.

Si je me souviens bien, les principaux pays qui détestent Poutine en Europe sont l’Espagne, la Pologne, la France et l’Ukraine. Mais que signifie réellement leur approbation ou leur désapprobation ? Tous ces pays dépendent considérablement des ressources naturelles russes alors qu’ils s’enfoncent dans l’insignifiance historique et la décadence sociale. Et à mesure que la Russie se développe, leur situation se dégrade de jour en jour.

Je pense donc que la vraie question n’est pas de savoir pourquoi les gens soutiennent Vladimir Poutine, mais pourquoi ils ne sont pas plus nombreux à voir à travers la façade des critiques qui lui sont adressées et qui sont principalement alimentées par une combinaison d’ignorance, de jalousie et de rancœur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.