“Le vrai débat est là: Jean Ping entre par la petite porte…

C’est via les réseaux sociaux que nous avons tous appris le retour de Jean Ping au Gabon. Une joie immense s’est naturellement emparée du cœur des milliers de gabonais car, il était devenu insupportable de voir, un compatriote humilier le nom Gabon à ce point.

Aussi, nous sommes vraiment en droit de nous demander : Pourquoi les anciens demi dieux du PDG détestent-ils autant notre pays et ses populations?

Après avoir tant pillé ce pays, eux qui accusent seulement les Bongo, comme si cela ne suffisait pas, ils estiment qu’ils doivent maintenant ternir l’image du Gabon à l’extérieur par des comportements plus que honteux.

L’attitude affichée par Jean Ping qui ne sait plus sur quel fétiche s’accrocher, parce qu’il a été démasqué, est la preuve palpable que la vieillesse et la sagesse ne sont pas toujours intimement liées.

Jean Ping rentre au Gabon par la petite porte

Copyright: anne-marie dworaczek bendome

La question de fond qui fait le vrai débat est: Y a t-il un problème au Gabon qui nécessite autant de gesticulations inutiles?

(a) Si Jean Ping est si populaire dans notre pays, pourquoi va t-il pleurnicher sa légitimité en Occident? (b) Est ce les 42 myène qui se retrouvent, ethniquement parlant, tous les samedis au Trocadéro qui lui donne tant de zèle comme si ils constituaient la diaspora gabonaise en Occident? (c) Ses sorties intempestives et incontrôlées sont elles l’esprit de son plan B ou une manière de distraire ceux qui lui accordaient encore le bénéfice du doute sur ses capacités à prendre le pouvoir?

Pourquoi sommes nous condamnés à subir autant de jérémiades stériles et puériles?

Jean Ping sait que, pour le pouvoir politique occidental, il n’ y a pas de cas Gabon. Car, si crise grave il y avait, les chancelleries l’auraient fait savoir à leurs autorités.

Jean Ping sait que, pour le pouvoir politique occidental, qui ne veut plus être traité de néocolonialiste, l’union africaine, institution qu’il a pourtant dirigé, semble plus compétente en la matière. Et, faut-il justement rappeler que lors du contentieux électoral devant la cour constitutionnelle, des juges africains avaient assisté au recomptage des voix, bureau de vote par bureau de vote?

Jean Ping sait que, le pouvoir politique occidental, qui est bien informé, sait parfaitement ce qui s’est passé au Gabon, avant, pendant et après les élections. Si réellement Ali Bongo Ondimba avait vraiment perdu, lui qui n’était pas leur favori, il l’aurait dégagé sans état d’âme. Hélas, plus de 40 pays étaient représentés lors de sa prestation de serment. Ce qui veut dire qu’ils le reconnaissent tous comme président de la République gabonaise. A contrario, Jean Ping n’a même pas obtenu un message de félicitation. En dehors de Jean Marie Bockel. Ne riez pas, c’est sérieux.

Jean Ping sait que, le pouvoir politique occidental, est au courant de toutes ses manœuvres à l’ivoirienne. Certes le feu orange semblait avoir été donné, mais hélas, il a perdu. Par conséquent, plus personne n’entend lui serrer la main.

Jean Ping sait que, la seule manière pour l’Occident d’enlever un président de la république au pouvoir, il faudrait: (1) soit opérer un coup d’Etat; (2) soit déclencher une guerre; (3) soit se lancer dans une intervention militaire.

Si le coup d’Etat et la guerre civile feront entrer le Gabon, pays à la population critique, dans la grande liste des pays instables pendant des siècles, l’intervention militaire se justifierait par quoi mais surtout sera assumé par qui?

Nombreux nous parlent de la France car, c’est elle qui donnerait le las en Europe voire en Occident quand il s’agit des anciennes colonies francophones. A cet effet, il faut dire que si le Gabon était un cas litigieux, François Hollande l’aurait réglé. Ce d’autant plus qu’il n’entendait pas se représenter. Malheureusement pour Jean Ping, Hollande n’est pas un francafricain. Des personnages comme Robert Bourgi suffisent pour lui faire comprendre que ca sent le souffre de ce côté.

Pour Emmanuel Macron, le Gabon a un président de la République qui connait des difficultés, comme la plupart des chefs d’Etat du monde entier. Ce qui nécessite, un partage d’expériences. Naturellement, il voudra tirer plus de couverture vers lui en favorisant l’expertise et l’expérience des entreprises françaises. Mais, de là, à vouloir faire la guerre ou déstabiliser un pays parce qu’il faut sauver le soldat perdu Jean Ping, nul ne peut dire que cela figurait dans son programme de société pour lequel il a été élu.

Jean Ping, le président de Facebook et du Trocadéro

Jean Ping, le président élu par facebook et les 42 myènè du Trocadéro, a été reçu par le silence occidental qui le fait revenir au Gabon par la petite porte. Quand on n’est pas un officiel, on n’est reçu par personne. C’est juste ça la réalité. La retraite politique, c’est maintenant.

NB: N’oubliez jamais que Jean Ping tente de vendre du vent. Aucune intervention militaire occidentale n’est possible. C’était sa dernière cartouche.”

Par Télesphore Obame Ngomo

0 Commentaires

Laisser un commentaire

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2017 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

error: Contenu Protégé !!
x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?