De Bad Breath à MovaizHaleine: l’histoire et la formation du groupe le plus respecté au Gabon

Le groupe trouve ses origines au sein du Lycée National Léon Mba, à Libreville au Gabon. En 1992, alors qu’ils étaient en salle de permanence pour cause de devoir annulé, cinq lycéens qui s’ennuyaient décident de fonder un groupe de rap. Et comme tout groupe de rap qui se respecte doit avoir un nom qui le définit, la décision est immédiatement prise pour choisir un nom. Ainsi, arrachent quelques pages vierges de carnet et une séance de remue-méninges commence. Après une dizaine de propositions, un vote est pris. Bad Breath est choisi à l’unanimité.

Bad Breath, qui signifie “mauvaise haleine” en français, se réfère au discours engagé, direct et franc, dénué de tout édulcorant (paroles amères, directes, crues, crachées dans la figure…) et pas toujours agréable à entendre, qui donne le ton aux thèmes de prédilection du jeune groupe.

Histoire du Groupe MauvaizhaleineLa composition du groupe à l’origine

Initialement, le groupe était composé de cinq membres dont Threat P (qui deviendra par la suite Lord Ekomy Ndong), Tough G, Sky Powers, Evil Fancy et H2S.

Une histoire musicale qui commence avec Bad Breath

Le premier titre de Bad Breath est Racisme. Il évoque la ségrégation effective entre Européens vivant au Gabon et Gabonais, et la façon dont les jeunes gabonais la ressentent.

À la fin de l’année scolaire 1991-1992, leur coopérative de leur lycée organise un spectacle de théâtre, de danse et de chant organisé et présenté par les élèves. Lord Ekomy Ndong et Tough G se rencontrent dans les coulisses par l’intermédiaire du frère aîné du premier. Ils sont finalement invités à jouer deux numéros sur scène. Le premier numéro se compose de la chanson We’re All in the Same Gang de The West Coast Rap All-Stars, et qui met en vedette plusieurs stars du rap de la côte ouest (USA), dont Ice-T, NWA et MC Hammer, entre autres.

Pendant les vacances d’été 1992, Threat P (Lord Ekomy Ndong) , Kriminel (Maât Seigneur Lieon) et Tough G écrivent des paroles, pratiquent le rap et font des enregistrements “artisanaux”. Peu après la formation du groupe, Lord Ekomy Ndong, le plus technique des trois, développera une méthode d’échantillonnage d’extraits instrumentaux. Petit à petit, Tough G apprend à maîtriser la technique et, de cette façon, Lord Ekomy Ndong et lui joueront le rôle de fournisseur de beat pendant plusieurs années. Les échantillons de Public Enemy, NWA, Naughty By Nature sont utilisés comme base pour les “instrumentaux”. En même temps, Ekomy Ndong reçoit une petite boîte à rythmes, et le trio s’entraîne à créer des beats, qu’ils enregistrent sur cassette. À la fin de l’été 1992, le trio, avec toute la confiance qu’il avait acquise, a commencé à faire preuve d’un peu plus de confiance en soi et à se faire connaître dans son entourage, surtout au secondaire.

De Bad Breath à Mauvaizhaleine

Entre 1992 et 1993, après avoir effacé les souvenirs des DJs et entendu le nom de leur groupe toujours mal prononcé par des personnes pas toujours calées en anglais, ils décident de traduire Bad Breath en français pour faire plus simple: Movaizhaleine est adopté!. L’été 1993 a été marqué par une atmosphère et des événements importants pour le groupe. Movaizhaleine augmente la fréquence de sa participation aux compétitions de rap: dans les fêtes de quartier, les systèmes de sonorisation, les événements organisés par les sponsors. Le studio Africa Number 1 de Dread Pol devient le rendez-vous du samedi soir, par exemple. Le groupe côtoie la communauté rasta et a ainsi l’occasion de s’exprimer à chaque session de l’émission radiophonique panafricaine Black Feeling.

Histoire de MauvaizhaleineMoavaizhaleine voit de plus en plus son succès s’accoître auprès d’un public réel, et se sent encouragé par l’étendue et le caractère de ses textes. Ces apparitions sur scène permettent également au trio de se positionner dans la hiérarchie hip-hop gabonaise par rapport à ses concurrents. Au Parc des Expositions de Libreville, mieux connu à l’époque sous le nom de “foire”, des manifestations musicales se déroulent tout au long de l’été. Le Centre Culturel Français (CCF), représenté par Stowell D., organise un concours de rap. C’est le centre culturel qui a déjà produit, à l’époque, l’un des groupes de rap les plus prestigieux du Gabon: Siya Po’ossi X. A gagner, un contrat pour la production d’un album par le CCF. C’est la chance que M16 (Lord Ekomy Ndong), Kriminel (Maât Seigneur Lion) et Luis (Tough G) rêvent depuis longtemps. Movaizhaleine a terminé 2e du concours, bénéficiant ainsi d’un droit de production.

Du trio Lord Ekomy Ndong-Maât Seigneur Lion-Tough G au duo Lord Ekomy Ndong-Maât Seigneur Lion

Tout au long de l’été 1993, plusieurs fois par semaine, Movaizhaleine se produit l’après-midi sur la scène de la “foire”. L’arrivée du Roi Daddy Yod (interprète de la fameuse chanson Faut pas taper la doudou) à Libreville cet été-là, accompagnant la création de RFI à Libreville, en partenariat avec le centre culturel français, représente une opportunité pour Movaizhaleine de côtoyer encore plus grand. Au cours de la même période, Maât Seigneur Lion changea son pseudonyme en Matt, qui devint plus tard Maât. A la fin de l’été 1993, la notoriété du groupe commence à gagner Libreville, et Movaizhaleine devient l’un des groupes phares de la capitale.

clash Mauvaizhaleine vs Raaboon au Cabaret des artistes

clash Mauvaizhaleine vs Raaboon – clash au Cabaret des artistes

Au cours de l’année scolaire 1993-1994, Tough G a connait des difficultés personnelles et scolaires. Depuis plusieurs mois, son parcours artistique et son évolution le conduit de plus en plus vers une alliance musicale hip hop / reggae. Peu à peu, certaines de ses paroles, surtout dans la chanson, sont adoucies de façon, sortant un peu plus du thème du groupe. Lord Ekomy Ndong et Ma’at Lord Lion Lord, pour leur part, commencent à adopter un discours encore très politique. Les horaires des trois membres deviennent très difficile à concilier; Tough G  se retrouve souvent seul sur scène et à la radio, mais toujours comme un membre de Movaizhaleine. Au cours de l’été 1994, le trio Movaizhaleine devient un duo,composé uniquement Mâat Seigneur Lion et Lord Ekomy Ndong. La même année, le groupe sort son premier titre studio, La Loi du talion. Dans les années 2000 deux groupe de rap, Le Raaboon Phénoménal et Mauvaizhaleine vont dominer la scène du Rap Gabao, qui sera sanctionnée par le premier clash officiel du hip hop gabonais.

Un billet pour l’internationalisation du groupe

En 2008, Movaizhaleine est nominé dans la catégorie du meilleur clip vidéo pour le titre “Nous” aux MTV Africa Music Awards. En 2010, le groupe enregistre une chanson à Chicago (USA) en collaboration avec Le roi du RNB, R. Kelly. Le titre Hands Across the World sortira en 2011, publié par le label ONE8. En 2011, ils signent un contrat avec Rockstar 4000, label de Sony Music Africa, ils partent en tournée en Afrique et se produisent dans les théâtres parisiens. En avril 2016, le groupe sort un nouveau titre, Pas comme on l’entend. La même année, un prix, dans la catégorie “Prix de l’artiste gabonais” est remporté aux info7 Awards.

Discographie

  • 1994 : La Loi du talion
  • 1997 : Nyabinghi
  • 1999 : Mission à Mbeng
  • 2001 : Mission akomplie
  • 2005 : On détient la harpe sacrée tome I
  • 2007 : On détient la harpe sacrée tome II

Lire aussi pourquoi Mauvaizhaleine est sans aucun doute le meilleur groupe de rap au Gabon

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2018 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Non, ne copiez pas svp, j\'ai travaillé dur pour ça!

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?