Les techniques d’appauvrissement des gabonais, par les businessmen (du mendiant ou banquier) au Gabon

Appauvrissement au Gabon

Image originale de: Educol.net

Le capitalisme! Un mot que le gabonais lambda ne connait pas vraiment, mais qui pourtant le malmène tous les jours de sa vie et ce, à tous les niveaux de la sphère économique nationale. Vous verrez que les lois qui régissent ces mécanismes sont aussi bien légales que moraux. En d’autres termes, soit vous n’avez pas le choix vu que les règles économiques l’autorisent, voir l’exigent, soit on joue avec votre conscience.

Les banques

Beaucoup pensent que confier son argent à une banque, c’est comme avoir un super coffre-fort chez soi, ils pensent que ouvrir un compte dans une banque c’est demander à celle-ci de garder son argent pour eux. Mais c’est une illusion! En en réalité, dès que vous confiez de l’argent à une banque, cet argent ne vous appartient plus vraiment, elle appartient à la banque. Le seul argent qui vous appartient, ce sont les chiffres que vous voyez sur votre relevé. Elle peut alors faire tout ce qu’elle veut de cet argent. Sachez qu’au débat, la banque n’a rien! Ce sont les dépôts que vous faites qui font qu’en banque puisse perdurer. Le devoir et le droit que vous avez envers la banque c’est d’approvisionner votre compte régulièrement pour qu’elle puisse toujours fonctionner. Ce système d’appauvrissement touche nécessairement les fonctionnaires et les petits entrepreneurs qui débutent et les particuliers, avec la complicité de l’Etat.  Faites un test: faite un dépôt et laisser passer quelques mois sans faire de dépôts. Au bout d’un certain temps, vous n’aurez que des zéros sur votre relevé et votre compte sera fermé! Les banques nous appauvrissent grâce au système légal de dépôts et de prêts.

L’Etat

Le monde de l’entrepreneuriat au Gabon est une jungle où seuls les banques et l’Etats sortent souvent très gagnants. Déjà, si tu veux être entrepreneur, tu as l’obligation d’avoir un compte bancaire. Ce qui est juste et nécessaire quand on veut faire les choses un peu plus sérieusement. Et pas question d’avoir un gros marché sans compte bancaire. Mais ce qui me choque au Gabon, c’est qu’on pousse les gens, les jeunes à entreprendre, à lancer leurs activités, pour ensuite leur demander de pays l’impôt dès le début! Donc, si ton activité n’a pas encore vraiment démarré, tu devrais trouver d’autres moyens pour payer l’impôt. Bien sûr, personne ne viendra chez vous pour vous réclamer cela, mais tôt ou tard, vous en répondrez auprès des services compétents.

Les grandes entreprises d’énergie et d’eau, de téléphonies mobiles, alimentaires, etc.

Combien de gabonais prend le temps d’examiner ses factures? Que ce soit les facture d’eau, de courant, de mobile money, les factures après la caisse dans un supermarché, les factures à la pharmacie? Généralement tout ce qui intéresse le consommateur gabonais, c’est le résultat: j’ai le courant dans ma maison, l’eau coule, il y a de la bouffe au frais, j’ai du crédit dans mon téléphones, etc., le reste importe peu! Mais en réalité, cela importe beaucoup lorsqu’au bout de trois jours, on doit se réabonner à un service, qu’on doit réapprovisionner le réfrigérateur etc. Ici, l’appauvrissement résulte de l’ignorance du consommateur à s’intéresser aux taxes qu’il paie chaque fois qu’il effectue une course.

Les jeux de hasard ou le business de l’illusion

PMUG, Fortune Club, des jeux qui ruinent des familles entières tous les jours !

Avec ces jeux, on te fait croire qu’avec ce que tu donnes comme mise, l’entreprise est perdante, vu ce que tu peux gagner en misant peu. C’est cela l’illusion. Il est vrai que vous donnez par exemple 500 FCFA pour espérer gagner 50.000. Mais imaginez un seul instant combien de personne vont miser 500 FCFA pour une journée sans remporter la cagnotte au final ? Imaginez une cagnotte qui ne tombe pas pendant une semaine (7 jours), tout en sachant que certaines personnes misent jusqu’à 1.000.000 FCFA voir plus ? Imaginez seulement 100 personnes misant 1.000.000 FCFA pendant 7 jours sans remporter la cagnotte ? Ça fait 700.000.000 FCFA en 7 jours, alors que la cagnotte est à 50. 000.000 FCFA. Imaginez vous-même le bénéfice pour l’entreprise.

Mais bien sûr, personne ne vous force à parier ! Si vous souhait vous en prendre à quelqu’un, allez-vous plaindre à la pauvreté intellectuelle !

Les taximen

Les taximans, ces businessmen qui utilisent la surenchère personnelle pour s’enrichir! Ces derniers un mis en place un système d’appauvrissement qui transforme l’abus en normalité. Un taximan ne te demandera jamais de lui donner une certaine somme pour une course. Par contre, il attendra que tu proposes toi-même la somme ou à peu près la somme qu’il a en tête.

Les mendiants ou le business de la pitié

Mendicité au Gabon: un fléau passé sous silenceVous ne pouvez pas circuler dans les rues de Libreville sans tomber sur un homme en boubou ou une femme avec toute sa clique de gosses, assis en pleine rue avec une assiette contenant une pièce de monnaie de 50 FCFA et deux autres de 25 FCFA et un téléphone à l’oreille ; un quadragénaire zigzagant entre la populace, le bras sur l’épaule de son fils (ou son esclave) transformé en chien d’aveugle.

Je ne suis pas contre les mendiants, mais je me pose quand-même un certain nombre de question : Comment un aveugle, un estropié  a fait pour arriver au Gabon ? Avec quel argent ? Comment quelqu’un ayant toute ses facultés motrices peut avoir recours à la mendicité, s’il n’est pas sûr de la faiblesse d’esprit du gabonais ? Et c’est cette faiblesse d’esprit que les églises exploitent. L’Etat ne peut-il pas interdire la mendicité dans les lieux publics et les autoriser simplement dans les environs des lieux de culte comme les mosquées ?

Les églises ou le business de l’espoir

Le gabonais en particulier est un être faible, surtout les femmes ! Grace à leur capacité de vivre dans le rêve, dans un monde parfait. Sachez qu’un monde parfait pour une femme c’est un monde où elles seraient toutes mariées, avec beaucoup d’enfants et  un mari plein aux as et voué à ses désirs. Je caricature un peu mais c’est la réalité chez beaucoup de mes sœurs, malheureusement ! Et c’est cette faille que les charlatans et businessmen hommes de dieux exploitent. Tout a un prix : une bénédiction : un prix, une guérison : un autre prix, etc. En fait, ce qu’on nous vent dans ces églises c’est : l’espoir ! Ça coute cher, l’espoir de nos jours ! L’espoir du mariage, l’espoir du travail, ça un prix. Et ce n’est surtout pas le prix de l’effort personnel, mais le prix de l’espoir du miracle opéré par les gourous !

Une église, plus elle s’agrandit en fidèles, plus elle devient une entreprise ! Ce n’est pas spécifique au Gabon, heureusement !

La famille et  les femmes sont aussi un facteur d’appauvrissement au Gabon

Mais ce que je retient dans tout cela, c’est qu’au Gabon il y l’argent, contrairement à ce qu’on essaie de nous faire croire, car malgré la “crise”, les vampires continuent à nous sucer sans pitié et maintenir à tous prix leur statut de maîtres de l’appauvrissement de masse au Gabon

Pour ajouter d’autre techniques d’appauvrissement ou simplement réagir à ce poste, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2017 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

error: Contenu Protégé !!

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?