Les responsables du mauvais rendement scolaire au Gabon

Les responsables du mauvais rendement scolaire au Gabon! Négligeant comme les parents, les profs et les politiques!

Pourquoi les résultats aux différents examens et concours nationaux (CEPE, BEPC, BACALAUREAT) au Gabon sont aussi catastrophiques d’années en années? Qui sont les responsables?

Le responsable immédiat

Depuis des années, on a fait comprendre à l’opinion publique gabonaise que le principal responsable de ce chaos éducatif était “les enseignants” (instituteurs, enseignants des lycées et collèges, enseignants d’universités et grandes écoles inclus). Ce qui n’est pas totalement vrai, et pas totalement faux non plus.

En effet, entre les grèves perpétrées par ces derniers chaque années, souvent pour des raisons fondées (mauvaises conditions de travail entre autre), il y a aussi le fait que les principaux syndicats du secteur éducation sont souvent instrumentalisés et guidées par des inspirations politiques, laissant souvent de côté, leur vocation. Dans tout ça, le but des manifestations, qui est celle d’œuvrer pour une amélioration des conditions de travail de l’enseignant, et par la même occasion, l’amélioration des conditions d’apprentissage du jeune apprenant est habilement léguer au second plan des manifestations. Il faut savoir qu’à “Professeur bien dans sa peau, dans son cœur”, Apprenant mieux former! Pas bien formé, mais mieux formé! Trouvez la nuance!

Les enseignants sont tellement préoccupés par la politique qu’il n’est pas rare de constater que durant deux heures de cours, celui-ci est souvent orienté à 80% vers des questions politiques. Malheureusement, ces discussions politiques entre apprenants/étudiants et enseignants empiètent considérablement sur le programme scolaire. La conséquence: les nouvelles générations, elles aussi baignent dans la politique dès leur plus jeune âge.

Selon vous, un enseignants qui a passer tout son temps sur des plateaux télévisés pour défendre un candidat, et qu’au final ce dernier perd le scrutin, sur quoi croyez-vous que le cours dispensé par cette enseignant sera basé?

Les responsables invisibles

  • Le gouvernement

Au Gabon, pratiquement tout pas par la politique! Dès la naissance on nous a fait savoir que le Gabon est une maison qui a comme père/mère les politiques, le gouvernement, incarnés par le Président de la République; et comme enfants, la population. Ce qui n’est pas tout à fait faut!

On est arriver depuis des dizaines d’années dans une situation où les rien ne pouvait se faire sans le bon vouloir les politiques, comme si l’argent du pays leur appartenait, comme si le peuple est un mendiant doit tendre la main tous les jours, pour espérer manger. On est même arriver dans une situation où, pour pouvoir obtenir gain de cause, il faut d’abord barricader, barrer, casser, bref, faire grève! On va finir par croire que le fait que les populations rentre en grèves tout le temps, accroît les pouvoirs mystiques de ceux qui les provoquent!

A la politique, il faut ajouter certains détails dans la programmation des manuels scolaire, pas dans l’approche (car j’estime que l’approche par les compétence (APC) est sans aucun doute l’approche la plus adaptée aux exigences scolaire du moment et par rapport à l’évolution planétaire), mais plutôt dans la substance des contenus scolaire. J’estime que le contenu ne favorise pas le véritable engagement de l’apprenant dans le suivi véritable de ces études.

Mauvais rendement scolaire au Gabon

Copyright: gabonactu.com

Pour la petite histoire, jusqu’en 2000, il était rare de voir des enfants de moins de 15 ans avoir leur passage en 6 ème, car c’était dur! Seul les meilleurs avait le droit de connaitre la joie d’être au lycée, avec une tête bien faites et bien pleine!

Aujourd’hui, en classe de 6 ème, on peut trouver des gosses de 10 ans, qui ne savent même pas écrire une phase simple correctement! Comment on-t-ils fait? Ma mère se le demande!

Je ne dis pas que c’est une mauvais chose de voir des jeunes enfants en Sixième dès l’âge de 10 ans, c’est même l’idéal! Juste qu’ils soient parfaitement aptes à savoir lire et écrire, c’est la base! Et on s’étonne de voir des étudiants faire mille fautes d’orthographe et grammaire, sur une phrase de 300 mots.

Les politiques ont donc leur part de responsabilité car il y a certainement quelque chose qui ne va pas!

  • Les parents d’élèves

Le mauvais rendement scolaire au Gabon, le faible taux de réussite aux examens et concours chaque années est aussi imputable aux parents d’élèves.

En effet,  au fil des années, les parents d’élèves, la majorité, ont abandonné leurs devoir de répétiteurs pour le confier encore à l’enseignant. Or, l’enseignant ne peut pas tout faire! Le rôle du parent est de s’assurer que son enfant à eu des leçons dans la journée et s’il les a bien assimiler. Il existe des parents qui font même toute une année scolaire sans voir le bulletin de leur enfant. On ne les voit  qu’en fin d’année scolaire pour blâmer soit l’enseignant et l’établissement, soit l’élève lui-même ou le gouvernement.

Les élèves eux ne veulent pas apprendre!

Plusieurs facteurs font que nous assistons à un désintérêt total de l’éducation, l’information et la culture chez les jeunes du Gabon.

Pendant que les filles passe leur temps à raconter de tout et de rien sur les réseaux sociaux, à regarder les séries mexicaines et brésiliennes sur Novélas TV ou à essayer les soutien-gorges, le verni à ongles, le tissage, le rouge à lèvres, à essayer le dernier moulant porté par Nicky Minaj lors des MTV Awars ou à faire des selfies, les garçons eux, vont chercher un job pour se faire un peu d’argent de poche, jouer au pocker, reluquer les filles, jouer à FIFA 2016…

Les jeunes d’aujourd’hui sont plus intéressés par leur physique, à l’amour et à l’argent.

Pour un jeune gabonais, l’école c’est en classe, à l’intérieur des quatre murs scolaires. En dehors de ces quatre murs, l’école n’est plus possible. Or, le principe de l’Approche Par les Compétences c’est aussi de permettre une auto-éducation, une auto-instruction par les élèves eux-mêmes. On ne devrait plus voir l’enseignant comme étant le seul détenteur de la vérité, de la connaissance (encore qu’il ne connait pas tout). Les élèves devraient utiliser les médias audio-visuels par seulement pour se divertir ou se pervertir, mais aussi pour s’informer, se cultiver. Or, ce qu’on constate c’est que les jeunes ne s’informent pas, ils ne regardent même pas les informations télévisées, encore moins les chaines documentaires telles que: Histoire, Planète+, National Geographic, les films documentaires ou même les dessins animés éducatifs comme Kaeloo. Les jeunes d’aujourd’hui sont incultes et cela est généralement encourager par les mères, qui regardent les filmes interdits aux jeunes avec leurs enfants le plus naturellement possible!

Tous ces facteurs concourent inévitablement au mauvais rendement scolaire au Gabon depuis un très long moment déjà. Et cela n’est pas près de changer si les mentalités de changent pas.

Et si on faisait recours aux  Nouvelles Technologies pour essayer d’éradiquer le mauvais rendement scolaire au Gabon?

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2017 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

or

Se connecter avec vos coordonnées

or    

Forgot your details?

or

Create Account