La France continu le pillage de ses “anciennes colonies” en utilisant la ruse et le chantage.

Malgré la condamnation officielle du coup d’État manqué au Burkina Faso et la menace d’imposer des sanctions si les putschistes n’abandonnent pas le pouvoir, l’incident porte une nouvelle fois l’attention sur des décennies d’hégémonie française en Afrique de l’Ouest «indépendante». Par des liens politiques, sécuritaires, économiques et culturels, la France maintient une mainmise forte en Afrique francophone, à la fois pour servir ses intérêts et maintenir un dernier bastion du prestige impérial.

La France vole toujours l'AfriqueNous accusons toujours les dirigeants des pays africains d’être corrompus et de ne pas travailler dans l’intérêt de leurs citoyens. Cependant, même s’ils voulaient être des leaders honnêtes, ils ne pourraient pas le faire.

Pourquoi? J’ai recueilli des informations très intéressantes qui éclairent ce sujet controversé.

Dans ce court article, j’essaierai d’expliquer comment les pays africains colonisés par la France sont encore redevables à leurs colonisateurs. Les relations actuelles entre les pays africains et la France empêchent le développement et la souveraineté africaine.

1. Les anciennes colonies doivent payer une “dette coloniale”.

Les nouveaux pays «indépendants» sont contraints de payer pour l’infrastructure du pays que la France prend en compte pour la construction durant la colonisation. Le montant de cette dette varie en fonction du pays qui paie la dette et de la manière dont son infrastructure est développée.

2. La France peut automatiquement confisquer les réserves nationales du pays africain.

Le pays africain doit déposer ses réserves monétaires nationales dans la banque centrale de la France.

La France détient les réserves nationales de 14 pays africains depuis 1961: Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Guinée Bissau, Guinée équatoriale, Tchad, Congo-Brazzaville et Gabon.

En effet, plus de 80% des réserves de change de ces pays africains sont déposées dans des «comptes d’opérations» contrôlés par le Trésor français.

Deux banques africaines indépendantes déclarées – la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale) et la BEACO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) – n’ont en pratique aucune politique monétaire propre.

Les pays eux-mêmes ne savent pas, et on ne leur dit pas quelle part du pool de réserves étrangères détenues par le Trésor français leur appartient en tant que groupe ou individuellement.

Seul un groupe limité d’officiels connaît exactement les montants de ces comptes d’opérations, où ces fonds sont investis. La France cache soigneusement ceci et d’autres détails de n’importe quelle banque ou gouvernement africain.

On estime que la France détient maintenant près de 500 milliards de dollars d’argent des pays africains et qu’elle fera tout pour le garder. De plus, les pays africains n’ont pas accès à cet argent.

La France leur permet d’accéder à seulement 15% de l’argent au cours d’une année donnée. S’ils ont besoin de plus, ils doivent emprunter à 85% – de leur propre argent – des taux commerciaux qui sont retenus en otage par le Trésor français.

Pour aggraver les choses, la France fixe une limite sur le montant d’argent que les pays peuvent emprunter à la réserve. La limite est fixée à 20% de leurs recettes publiques de l’année précédente. Si les pays ont besoin d’emprunter plus que cela, la France le veto.

Dans sa récente vidéo, l’ancien président de la France, Jacques Chirac, a déclaré que les Français devraient accepter le fait qu’une grande partie de l’argent dans leurs banques provient précisément de l’exploitation des anciennes colonies sur le continent africain.

3. La France revendique le droit d’exploiter toute ressource naturelle découverte dans le pays.

La France prétend avoir le droit d’acheter les ressources naturelles trouvées sur le territoire de ses anciennes colonies. Les pays africains ne sont pas non plus autorisés à rechercher librement d’autres partenaires.

4. La France oblige les pays africains à privilégier les intérêts et les entreprises françaises dans le domaine des marchés publics et des marchés publics.

Selon les contrats du gouvernement, les entreprises françaises doivent être considérées en premier. Ce n’est qu’après cela que les Africains peuvent se connecter avec d’autres sociétés étrangères. Peu importe que les pays africains bénéficient d’un partenaire en dehors de la France.

En conséquence, dans de nombreuses ex-colonies françaises, tous les principaux atouts économiques sont entre les mains des Français. Par exemple, en Côte d’Ivoire, les sociétés françaises possèdent et contrôlent tous les principaux services publics – eau, électricité, téléphone, transport, ports et grandes banques. La même situation existe dans le domaine du commerce, de la construction et de l’agriculture.

5. La France revendique un droit exclusif de fournir du matériel militaire et une formation aux officiers militaires africains.

Grâce à un système sophistiqué de bourses, de subventions et d’accords de défense attachés au Pacte colonial (le document qui instaure la monnaie commune pour tous les pays francophones – le franc CFA), les pays africains envoient leurs officiers supérieurs en formation en France.

La situation en Afrique est maintenant que la France a formé et nourri des centaines, voire des milliers de traîtres. Ils sont activés lorsque la France a besoin d’eux pour commettre un autre coup d’État ou créer une situation politique troublante en Afrique.

6. Elle revendique le droit de déployer des troupes et d’intervenir dans le pays africain pour défendre les intérêts de la France.

Dans le cadre des accords de défense et du Pacte colonial, la France revendique un droit légal d’intervention militaire dans les pays africains et déploie également ses troupes de façon permanente sur leurs bases militaires.

7. Les pays africains sont obligés de faire du français la langue officielle du pays et de l’éducation.

Le système culturel et éducatif «francophone», avec plusieurs satellites et leurs affiliés, est directement supervisé par le ministre français des affaires étrangères.

Les Africains sont poussés à parler français à la place de leurs propres langues.

C’est extrêmement limitatif. Il a été suggéré que si une personne ne parle que le français, elle aura accès à moins de 4% des connaissances et de l’information de l’humanité.

8. Les anciennes colonies françaises sont obligées d’utiliser la monnaie coloniale FCFA (le franc CFA).

Cette configuration diabolique agit comme une vache à lait pour la France. Il a été condamné par l’Union européenne, mais la France n’est pas prête à se débarrasser d’un tel système qui draine les pays africains de leurs richesses et apporte environ 500 milliards de dollars par an au trésor français.

9. Les pays africains sont tenus d’envoyer à la France un rapport annuel sur l’équilibre et les réserves.

Sans le rapport, les pays africains ne peuvent pas obtenir de l’argent des réserves de la banque centrale de France. De plus, les banques centrales des ex-colonies sont contrôlées et gérées par la banque centrale de France.

10. Il est interdit aux pays africains de conclure des alliances militaires.

Les pays africains en général ont des alliances militaires avec leurs ex-colonisateurs. De plus, la France interdit aux Africains de rechercher toute forme de coopération et de protection militaire en dehors de celle offerte par le gouvernement français.

11. Les pays africains sont obligés de s’allier uniquement avec elle lors d’une situation de guerre ou de crise mondiale.

Plus d’un million de soldats africains ont contribué à la défaite du nazisme et du fascisme durant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, cette contribution est souvent ignorée ou sous-estimée. Depuis la Seconde Guerre mondiale, elle  a pris en compte le fait que les Africains peuvent être utilisés en cas de menace militaire ou d’attente de guerre.

En conclusion, la France a été accro au pillage et à l’exploitation de l’Afrique depuis l’époque de l’esclavage. Il y a encore des bases militaires françaises et des soldats en Afrique sous prétexte de protection. Mais en fait, ils sont là pour contrôler et opprimer les citoyens locaux.

Une question logique est la suivante: pourquoi y a-t-il encore en Côte d’Ivoire 450 soldats français capables de contrôler une population de 20 millions de personnes?

Pourquoi les pays africains soi-disant libérés et libres paient-ils encore une taxe coloniale humiliante? N’est-il pas temps d’arrêter cette hypocrisie complète et inhumaine?

Traduction française de l’article “France still robbing its ‘former’ African colonies“, rédigé par Anastacia Promskaya, Mouvement Antimondialisation de la Russie.

Bantoozone vous laisse avec ce clic de Mauvaizhaleine, adressé en particulier à Niclas SARKOZY, mais en générale au gouvernements français.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2018 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Non, ne copiez pas svp, j\'ai travaillé dur pour ça!

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?