Opération Mamba, Il était temps! Peu importe l’élément déclencheur de cette Opération, il était vraiment temps que l’Etat, en la personne de la plus Haute Autorité de l’Etat s’y atèle!

Opération Mamba au GabonCombien d’année sont passées? Combien de milliards ont été détournés?  Combien de personnes se sont enrichies sur le dos des gabonais? Combien de petites familles gabonaises, gabono-étrangères ou étrangères se sont torchés avec le CFA gabonais au détriment de la masse populaire gabonaise, ces pauvres familles, silencieuses et à bout de souffle, qui se contentaient que de ce qu’elles pouvaient trouver pour se mettre sous la dent? … Il était temps!

Où était la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite?

Malgré l’adoption par le Sénat et l’Assemblée Nationale en 2003 de la loi 0003/2003 du 7 mai 2003, portant création, organisation et fonctionnement de la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite, les détournement qui avait débuté depuis l’époque d’Omar Bongo Ondima, ont continué de plus belle! A croire qu’il s’agissait là encore (comme d’habitude) d’une organisation destinée à caser des amis. Aucune arrestations, les mêmes gens continuaient paisiblement à piller le Gabon sans être inquiétés, et protégé par le système. A quoi servait cette commission au juste? Ceux qui avaient adopté cette loi était les même qui s’enrichissait illicitement! L’enrichissement illicite et la corruption sont devenu le symbole même de notre identité.

L’opposant Ali Bongo Ondimba et l’Opération Mamba

Lutte contre la corruption et le Grand Banditisme, lutte contre l’enrichissement illicite, enquête sur les détournements de deniers publics, ce sont là les maîtres mots de l’opération mains propres aka Opération Mamba, pas n’importe quel mamba, le mamba noir, comme les cagoules des forces spéciales de police. Comme l’a précisé le Premier Ministre ISSOZE NGONDET, il ne s’agit pas d’une chasse au sorcières, mais plutôt d’interpellations et autres arrestations de “con-patriotes” cités dans des malversations financières au Gabon.

Tout a commencer avec Alfred Mabicka Mouyama, poursuivi pour des faits de détournement présumé de fonds publics, dans le cadre du dossier de la Poste SA, suivi par Yves de Saint fidèle Mapakou poursuivi pour de multiples cas d’escroquerie dans le cadre de l’Affaire dite BR Sarl, et Franck Ping pour des faits présumés de corruption dans de nombreux dossiers tel que celui de Sino Hydro. Il y a quelques jours, c’était au tour de Landry Patrick Oyaya (DGA de l ANGTI) et de Grégoire Bayima (DG de l’Entretien des Routes et Aérodromes) d’être l’objet d’une enquête préliminaire en rapport avec les détournement des fonds alloués au travaux du pont de Kango.

Et les membres de “l’opposition”?

Bon, puisqu’il ne s’agit encore que ne petites souris, je suppose que le mamba n’est pas encore assez gros pour avaler les gros poissons? Il n’est pas question que cette opération ne touche que les gens d’hier là! La corruption existe et gangrène la nation gabonaise depuis de décennies et tous les acteurs politiques actuels, vivants (majorité et “opposition”), sont responsables de ce chaos! Et ils devraient rendre des comptes!

Je vois déjà des fanatiques et patronnés dire: si Ali touche à telle ou telle personne, ça va chauffer! Comme quoi, le malheur du gabonais, c’est le gabonais lui-même!

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2017 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?