Les africains doivent financer leur propre éducation au lieu de dépendre des aides extérieures, dixit le Président Akufo-Addo du Ghana

Le Président Ghanien Nana Akufo-Addo a fait une déclaration coup de point, lors de la conférence du Partenariat Mondial pour l’Education (PME), en présence de l’hôte de la cérémonie, le Président sénégalais Macky Sall, du Président français Emmanuel Macron et d’autres personnalités telle que la chanteuse Rihanna (accusé avant la cérémonie d’être une illiminati voulant essayer de pervertir la jeunesse africaine avec sa doctrine luciférienne).

Le Président ghanéen a estimé que l’Afrique dispose d’assez des ressources et des capacités nécessaires pour financer l’accès à une éducation de qualité de ses citoyens et promouvoir les intérêts du continent.Akufo-Addo: déclaration choc à Dakar

Il a déclaré:

“Nous ne pouvons pas dépendre d’autres personnes pour financer l’éducation sur notre continent. Je dis cela non pas pour tourner le dos ou être ingrat envers tous ces gens importants ou nobles qui se sont engagés à nous aider, non. Mais si nous rendons notre politique dépendante des autres quand leur politique changera, nous en souffrirons grandement.

Mais si nous bâtissons un système politique qui soit propre à nous-même, cela signifierait que nous aurons toujours le contrôle de notre propre destin. “

Réitérant sa conviction que les ressources sur le continent sont abondantes pour financer le développement de l’Afrique, le Président Akufo-Addo a déclaré que les ressources peuvent être utilisées à bon escient en éliminant la corruption dans la vie publique.

Il a ajouté que des arrangements plus intelligents devraient être déterminer dans le but d’exploiter plus intelligemment les ressources sur le continent et empêcher la fuite des capitaux hors du continent. Cela pourrait faire progresser le développement.

“La Commission de Thabo Mbeki qui a examiné les flux illicites de capitaux en provenance d’Afrique, a estimé que chaque année, au cours des dix dernières années, 50 milliards de dollars ont été exportés de l’Afrique  vers l’extérieur par des moyens illicites.

Pouvez-vous imaginer ce que ces fonds, si nous avions les yeux ouverts, et n’étions pas complices de cette sortie illicite, signifierait pour la capacité de nos nations?” a-t-il demandé.

Le défi que doit relever l’Afrique, a estimé le président, est:

“comment nous pouvons nous organiser pour nous assurer que la richesse, l’immense richesse de ce grand continent, du moins, une première fois dans l’histoire moderne, soit utilisée pour le compte des peuples du continent, et non ceux qui sont à l’extérieur. “

Le président Akufo-Addo a fait la réflexion que «si nous étions parvenus à combler cette lacune, nous serions venu ici à Dakar pour parler de l’éducation et non du financement de l’éducation par d’autres”.

“Nous parlerons de la qualité de notre éducation, des changements que nous devons apporter à nos programmes et de l’importance que nous accordons à notre histoire et à notre sociologie.”

Il a ajouté que:

“pour que, je ne soit pas mal compris, tous ceux qui ont fait les promesses, tout est bien. Mais, je pense qu’il est extrêmement important pour nous d’avoir tout notre état d’esprit. Nous avons en nous la capacité de développer et de promouvoir l’intérêt de notre continent nous-mêmes. Faisons le!

Parlant de l’importance de l’éducation, justement

Parlant de l’importance de l’éducation pour l’avancement du continent, le président a déclaré que le paradoxe de l’Afrique étant la population la plus jeune et le continent le plus riche de la planète, mais avec les pires conditions de vie ne peuvent être brisées que par l’éducation.

Il a indiqué que:

nous allons devoir nous assurer que chaque jeune enfant, garçon et fille, ait accès à l’éducation. Non seulement un accès à l’éducation, mais un accès à une éducation qui leur permettrait de relever les défis du XXIe siècle. “

Les perspectives d’avenir dans l’éducation en Afrique

Racontant l’expérience du Ghana, le président Akufo-Addo a déclaré que le pays est déterminé à ouvrir des opportunités pour tout le monde.

En confrontant la question de la qualité de l’éducation qui préparera la jeune population africaine à la vie du XXIe siècle, il a indiqué que l’accent était davantage mis sur la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques, ce qui garantirait l’avenir de le continent.

“Nous l’avons vu dans le développement des économies d’Asie, en Chine, en Inde, au Japon et en Corée. C’est la voie à suivre pour pouvoir faire la transition des pauvres vers la prospérité “, a ajouté le président.

Le président Akufo-Addo était accompagné à la conférence par la ministre des Affaires étrangères, Shirley Ayorkor Botchway, députée; Le ministre de l’éducation, le Dr Matthew Opoku Prempeh; et les fonctionnaires de la présidence, les ministères des affaires étrangères et de l’éducation.

Cette prise de position montre encore une fois le faussée qui existe entre l’Afrique francophone et l’Afrique Anglophone.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2018 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

error: Contenu Protégé !!

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?

%d blogueurs aiment cette page :