L’administration gabonaise est, et a toujours été un frein pour le développement du Gabon

Entre l’administrateur Général et les administrés, il y a “les administrateurs, c’est à dire que qui sont chargés de gérer les affaires publiques au quotidien; ce sont les hommes de bureau en cravate, les secrétaires, les agents hommes en costumes et cravates, les femmes en talons, dans leurs berlines neuves, et leurs maisons de rêve. les femmes d’accueil dans les administrations publiques, dans les hôpitaux et les établissements scolaires et universitaires, les sénateurs, les députés, les maires, les secrétaires généraux, bref, les agents publics, ceux qui sont censés traiter convenablement et rapidement les dossiers des  au quotidien!

La mentalité de l’agent public et sa paresse récompensée chaque fin de mois

Administration gabonaise: danger!

Copyright: Gabonreview.com

Beaucoup d’agents publics n’aiment pas leur boulot. Souvent et dans la majorité des cas ils ne méritent pas leurs postes. Ils arrivent en retard au boulot, à 10 heures et aussitôt arrivés, ils espèrent ardemment que le Directeur Général quitte son poste, car s’il y a une chose qu’ils essaient de respecter, c’est “qu’on ne quitte pas son poste avant le chef”. Mais cette règle n’est pas toujours respectée car l’agent public a plus d’un tour dans son sac pour tromper la loi.

L’agent public n’aime pas son boulot, il travaille peu, mais il est très rigoureux quand il s’agit de son salaire. Ne dit-on pas que tout travail mérite salaire? Dans l’administration gabonaise c’est plutôt: tout repos mérite salaire!

L’agent public ne sait pas recevoir l’usager, ils pensent que ce dernier est déjà au courant des procédures, alors pourquoi vient-il lui faire chier, alors qu’il guette le moment pour quitter son poste? L’agent public, de l’administration gabonaise répond mal au usager, il n’est pas courtois, il ne respecte pas ni le droit d’aînesse, ni les règles de bienséances. Il répond aux usagers comme s’il y avait un problème être eux, comme s’il avait été privé de sexe la nuit dernière. Mais où est mon problème dans tout ça? L’agent public parle parfois avec les gestes, il ne discute pas avec toi, c’est à prendre ou à laisser!

La corruption

L’administration gabonaise est corrompue jusque dans la moelle, car au Gabon, il n’y a pas un pays, un seul peuple, mais plusieurs pays et plusieurs peuples. En fait, chaque famille gabonaise représente un réseau, et chaque réseau représente un pays. Dans un réseau, on trouve: les membres d’une même famille, ou des membres ayant des intérêts financiers communs:

  • Dans le premier cas: les postes, les avantages administratifs, comme obtenir une inscription dans un établissement scolaire ou universitaire, sans suivre les voies légales, se distribuent dans la même famille ou le même réseaux (parents, amis, cousins, copines, amants, dragueurs, etc);
  • Dans le dernier cas, les marchés sont distribués entres parents ou associés en affaires. Il s’agit généralement de grands hommes de l’administration gabonaise, qui, plutôt que de faire leur boulot d’administrateur, préfèrent rafler tous les marchés publics en les partageant avec les expatriés, au détriment des gabonais. Ah, j’allais oublier, en fait Assane est aussi gabonais, il s’appelle aussi Bibang!

Au tribunal, le gabonais a toujours tort, c’est la règle! Tant que tu n’es pas fils ou fille de, tu  ne vaux rien et tu as tort! Ils sont plus gabonais que toi!

Les grands perdants de la manière d’agir de l’administration gabonaise

  • Les populations

Dans toute cette pagaille, cette déification de la paresse, ce manque de patriotisme et ce piétinement de code du travail et de la loi gabonaise, c’est le peuple qui meurent, c’est le peuple qui se plaint, c’est le peuple qui subit et c’est le peuple qui n’a plus fois en l’administration gabonaise. Le peuple n’y croit plus car, il ne se sent plus dans son pays. Il est réduit à quémander auprès de son frère, un bien et un service qui lui est de droit.

  • Les Présidents de la République

Les Présidents de la République Gabonaises, aussi visionnaires qu’ils soient, aussi, révolutionnaires qu’ils soient, aussi humanistes et voulant faire changer les choses, les mentalités, voulant œuvrer  pour le développement du pays et le bien-être de leur population, ils croiseront toujours devant eux, l’incompétence, la négligence et l’immaturité de l’administration gabonaise. Cette négligence et cette paresse qui à un effet désastreux sur leurs mandats.

Les dignes filles et filles de la nations:

  • Les enseignants (ceux qui tiennent la craie)
  • Les forces de l’ordre (ceux qui sont sur le terrain et qui ne rackettent pas)

Je sais qu’en citant ces deux secteurs, je vais en frustrer beaucoup, mais il s’agit ici des deux seuls secteurs qui, s’ils sont bien traités par l’administration gabonaise, vous tous les jours au boulot, font leur travail convenablement, et quittent leur lieu de travail à l’heure indiquée.

Au final, qui fait partir de l’administration gabonaise?

En fait, tout le monde fait partir de l’administration gabonaise, tous les gabonais, d’origine ou d’adoption, contribuent tous à la chute quotidienne du pays. En fait, le citoyen gabonais a deux peaux: quand il est n’est pas dans le réseau, c’est une victime de l’administration gabonaise, et il le fait savoir en critiquant cette administration. Mais dès qu’il à la change de jouer son rôle dans l’administration de la chose publique, il devient lui aussi le bourreau de ses frère!

Comme quoi, “le malheur du gabonais, c’est le gabonais lui-même.”

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

Envoyez-nous un message rapide. Si concernant un article du site, veuillez commenter directement sur la page cible.

Sending

©2017 BantoozoneCommunauté | Conditions Générales | Mentions Légales | Édité par Xeta-Digital Corp.

error: Contenu Protégé !!

Se connecter avec vos coordonnées

Forgot your details?